Republier
RDC

RDC: inquiétude à Bunia sur fond de violences en Ituri

(Photo d'illustration) Des déplacés congolais dans un centre de Médecins sans frontières (MSF) à Bunia, dans l'est de la République démocratique du Congo, le 16 février 2018.
© REUTERS/Stringer NO RESALES. NO ARCHIVE.

Dans l'est de la République démocratique du Congo en Ituri, les violences s'approchent de plus en plus de Bunia, le chef-lieu de cette province, ce qui inquiète la population. Beaucoup s'interrogent toujours sur l'identité ainsi que la motivation des assaillants.

Ils sont armés de fusils, de machettes et d'autres armes blanches. Ils attaquent la nuit comme le jour incendiant maisons et champs. D'après des témoins, certains parmi eux porteraient d'anciennes tenues de l'armée congolaise. Plusieurs sources affirment même que plusieurs de ces combattants sont dotés de radios comme moyen de communication.

Sans pour autant savoir qui ils sont, des habitants de Nizi, à environ 25 kilomètres de Bunia, pensent savoir d'où ils viennent. « Ce sont quelques éléments qui viennent de la région de Lendu », assure un habitant qui demande aux autorités d'identifier ces assaillants.

Les responsables de la chefferie de Mambisa à laquelle appartient Nizi ont tenté d'entrer en contact avec ceux du secteur de Walendu Djazzi d'où proviendraient les assaillants. « On les contacte par téléphone mais ils ne nous disent pas la vraie version. Des fois ils nous répondent tout simplement que ce sont des jeunes gens qui ne veulent pas se soumettre à leur ordre », poursuit cet habitant sur RFI.

Incertitudes

Un autre habitant de Nizi précise avoir transmis « beaucoup de rapports au gouverneur ». Pour autant, dans cette localité, les gens refusent de parler d'un conflit interethnique. Ils interpellent les autorités et exigent que toute la lumière sur ces violences.

Pendant ce temps, le ministre de l'Intérieur et de la Sécurité a entamé des consultations à Bunia avec les représentants des différentes communautés, des notables et de la société civile.

Henri Mova a également annoncé aux journalistes que le procès de 53 personnes soupçonnées d'être liées à ces violences devrait débuter la semaine prochaine.

C'est le mercredi vers 10h que les assaillants se sont présentés dans mon village. Après avoir incendié toutes les maisons, ils se sont enfuis.
Au village de Ngbangutsho, à environ 35 km de Bunia
10-03-2018 - Par RFI

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.