Kenya: la coalition d'opposition divisée sur l'accord entre Kenyatta et Odinga

Le président kényan Uhuru Kenyatta (à gauche) serre la main de son opposant Raïla Odinga le 9 mars 2018 à Nairobi.
© REUTERS/Thomas Mukoya

Après l'accord signé vendredi 9 mars entre le président Uhuru Kenyatta et son opposant Raïla Odinga, certaines dents grincent à la direction de l'opposition. Les trois grands alliés de Raïla Odinga, unis au sein de la coalition NASA, n'étaient pas présents et répètent qu'ils n'étaient même pas au courant. Pour le parti, c'est une nouvelle fissure dans un édifice déjà fragilisé.

Les désaccords entre Raïla Odinga et ses alliés sont apparus au grand jour le 30 janvier lorsque le chef de la NASA a prêté serment en tant que président du peuple. Musalia Mudavadi, Kalonzo Musyoka et Moses Wetangula étaient tous absents. Depuis, l'union n'est plus sacrée. Ce samedi 10 mars, Musalia Mudavadi n'a pas caché son agacement.

« Nous n'avons pas été mis au courant, ni consultés, ni invités, déplore-t-il sur RFI. La NASA soutient un dialogue national totalement inclusif. Je peux donc affirmer catégoriquement que ce compromis était entre deux personnes et n'a pas été entériné par la direction de la NASA comme cela devrait être. »

Les trois grands alliés de Raïla Odinga sont réputés pour être des modérés. Beaucoup leur prêtent des ambitions présidentielles pour 2022, alors que l'avenir politique du chef de l'opposition, âgé de 73 ans, reste flou.

Odinga toujours populaire

Pourtant aucun ne demande la rupture, tant la popularité d'Odinga reste forte et son adoubement indispensable pour qui voudra avoir une chance dans 5 ans. Moses Wetangula a donc pris soin de modérer ses propos.

« Nous avons besoin d'un dialogue national sur les problèmes de ce pays, a-t-il plaidé. Que Raïla et Uhuru se soient rencontrés est louable. Cela brise la glace et nous sort de l'impasse. Je suis sûr que Raïla nous expliquera pourquoi il a décidé de faire ce qu'il a fait. »

En scellant son rapprochement avec le président Kenyatta, Raïla Odinga prouve encore qu'il reste le leader incontesté de l'opposition et marginalise ses alliés. Une réunion entre les 4 hommes qui promet d'être houleuse est prévue lundi 12 mars.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.