Putsch avorté en Guinée équatoriale: un ressortissant français mis en cause

(Photo d'illustration) Vue du centre-ville de Malabo en Guinée équatoriale.
© STR / AFP

En Guinée équatoriale, la justice a divulgué le nom d’un Français qui serait impliqué dans la tentative de coup d’État de décembre dernier. Ce citoyen français ainsi qu'un Tchadien et un Centrafricain ont été désignés à Malabo comme des « exécutants » du putsch manqué.

Selon le procureur général David Nguema Obiang, les commanditaires équato-guinéens du coup d’État avorté ont fait appel à un citoyen français à qui ils auraient versé 500 000 euros pour recruter des mercenaires.

Lors d'une conférence de presse retransmise par la télévision d'Etat, le procureur général a ajouté que ce Français avait fait appel à un militaire tchadien, Mahammat Kodo Bani, présenté comme le cerveau de l’opération.

Trois personnes mises en cause

Le procureur a aussi mis en cause une troisième personne : un militaire centrafricain. Il a assuré que les étrangers n’ont pas agi seul. « Ceux qui ont commandité et financé cette opération de déstabilisation espéraient compter, dans notre pays, sur la collaboration de militaires et de civils qui ont été arrêtés. »

Les autorités équato-guinéennes avaient déjà soutenu que le putsch raté avait été organisé sur le territoire français, excluant cependant toute implication de la France.

Malabo a demandé la collaboration du gouvernement français pour mener l’enquête. Une requête à laquelle le ministère français des Affaires étrangères n'aurait pas encore répondu, selon une source équato-guinéenne jointe par RFI.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.