[Reportage] RCA: à Berengo, la présence des militaires russes fait l’unanimité

Une recrue de l'armée de la République centrafricaine pose à côté d'une statue de Jean-Bedel Bokassa sur l'ancien site du palais de Bokassa, où vivent une centaine de recrues, le 22 mai 2015 à Berengo. (Photo d’illustration).
© ©PATRICK FORT/AFP

Depuis fin janvier, des soldats russes occupent, avec la validation de l'Etat centrafricain, l'ancien palais impérial de Jean-Bedel Bokassa pour former des soldats centrafricains, loin des regards indiscrets. Reportage.

Terrain militaire, propriété de l'Etat, photos et vidéos interdites... C'est par ces mots qu'est accueilli le visiteur qui se présente au grand portail de l'ex-palais impérial.

Là, deux Faca, les Forces armées centrafricaines, montent la garde et appellent des instructeurs russes qui vivent ici depuis un mois un demi. Autorisation de se rendre jusqu'à la tombe de Jean-Bedel Bokassa. Pas plus. Et interdiction même de jeter un œil à la cour impériale où les soldats russes ont pris leurs quartiers.

A une dizaine de mètres du mausolée et de la statue de l'ancien dictateur, une quinzaine de tentes où dorment, eux, les soldats centrafricains. Fin de la visite.

Pour Roger Okouapenguia, le maire de la commune et ancien intendant de Bokassa, leur présence ne pose aucun problème.

« Ces militaires viennent parce qu'il est question de les aider un peu en armement à cause de l'embargo sur les armes en faveur des Faca centrafricains. Eh bien, nos amis russes viennent prêter main-forte aux Faca pour qu'ils défendent le pays », dit-il.

Au marché, la présence russe fait également l'unanimité. Et c'est la France que l'on tient pour responsable. « Tout ça c'est vous, c'est la France. Si la France avait accepté de bien contrôler la RCA, on n’aurait même pas à ramener les Russes ici », souligne un homme.

Une bataille diplomatique qui tend à donner une influence supplémentaire à la Russie dans une Centrafrique toujours occupée à 80% par les groupes armés.

(Re) lire : RCA: que font donc ces militaires russes près de la tombe de Bokassa?

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.