Rex Tillerson: les Etats-Unis «aux côtés du Tchad» contre le terrorisme

Rex Tillerson, secrétaire d’Etat américain et Chérif Mahamat Zène, ministre tchadien des Affaires étrangères, lors d’une conférence de presse, à Ndjamena, au Tchad, ce lundi 12 mars 2018.
© REUTERS/Jonathan Ernst

Le secrétaire d'Etat américain poursuivait, ce lundi 12 mars, sa tournée africaine qui a finalement été écourtée d'un jour, pour « des exigences de travail », selon les autorités américaines. Rex Tillerson avait déjà annulé ses activités au Kenya, samedi 10 mars pour raisons de santé, mais « il va bien », rassure la diplomatie américaine.

Avant d’achever sa tournée au Nigeria, Rex Tillerson était, ce lundi, au Tchad. Une première pour un secrétaire d’Etat américain dans ce pays d’Afrique centrale. Le secrétaire d'Etat américain en a profité pour parler de la lutte contre le terrorisme et de la décision du président Donald Trump interdisant, aux ressortissants tchadiens, l’entrée sur le territoire américain.

A peine arrivé, le chef de la diplomatie américaine a été reçu par le président tchadien, Idriss Déby Itno, avec qui il a discuté de la lutte contre le terrorisme et des investissements. « L’Amérique sera aux côtés du Tchad tant sur le plan sécuritaire que dans l’assistance aux victimes du terrorisme », a indiqué le chef de la diplomatie américaine à Idriss Déby Itno.

La question sensible des visas

La décision du gouvernement américain d’interdire aux ressortissants tchadiens de voyager aux Etats-Unis a également été évoquée. « Les mesures qui ont été prises sont nécessaires en raison du conflit qui existe aux frontières du Tchad », a expliqué le secrétaire d’Etat américain, avant de rassurer ses interlocuteurs : « Les Tchadiens sont les bienvenus aux Etats-Unis ».

En effet, selon Rex Tillerson, « des efforts importants ont été faits par le Tchad pour renforcer le contrôle des passeports et les échanges d’informations concernant de présumés terroristes. (...) Tous ces efforts, assure le diplomate, devraient permettre de prendre des mesures afin de normaliser les conditions de voyage des Tchadiens » aux Etats-Unis.

Mais le retrait du Tchad du Travel ban est conditionné à un rapport, préparé par des agents du FBI et du département d’Etat, censé être bouclé à la fin du mois. Un rapport qui vise à faire un état des lieux des mesures prises par le Tchad et qui devrait, selon Rex Tillerson, être étudié par le président américain en avril.

« Convergences de vue »

Pour le Tchad, qui a fait part dès le début de son incompréhension, les choses sont en train de rentrer dans l’ordre. « Toutes les conditions sont réunies pour que le Tchad soit retiré, dans un proche futur, de cette liste », a déclaré Chérif Mahamat Zène, ministre tchadien des Affaires étrangères, affirmant qu’il y a énormément de « convergences de vue » avec Washington sur les aspects sécuritaires et commerciaux. Ce responsable estime que le contentieux entre les deux pays sera bientôt un vieux souvenir.

Chérif Mahamat Zène a par ailleurs ajouté que le Tchad souhaite, dans le cadre de ses échanges bilatéraux avec les Etats-Unis, renforcer la promotion des échanges commerciaux et des investissements.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.