Crise de l'enseignement en Guinée: accord trouvé et grève suspendue

Aboubacar Soumah, le leader du mouvement entouré de ses camarades enseignants du syndicat SLECG, lors de la signature de l'accord mettant fin à la grève, le 13 mars 2018.
© Coralie Pierret/RFI

Un accord a été signé dans la soirée mardi 13 mars entre le SLECG, le syndicat des enseignants, et les autorités. En grève depuis un mois parce qu'ils exigeaient des revalorisations de salaire, les enseignants ont accueilli avec ferveur cet accord et ont suspendu leur mouvement tout de suite après la signature. Il faut rappeler que les tensions sociales s'élevaient depuis plusieurs jours dans la capitale. Lundi et mardi dans la journée, des barricades de jeunes écoliers en colère ou de parents d'élèves étaient érigées et paralysaient la ville.

Ce n'est jamais facile, lorsqu'il s'agit de faire face à des revendications financières et surtout lorsque l'Etat est confronté à des difficultés de trésorerie, il a fallu beaucoup d'arbitrage, consentir beaucoup de sacrifices. C'est cela qui a pris du temps.
Tibou Camara, ministre conseiller à la présidence, explique cet accord de dernière minute
14-03-2018 - Par Coralie Pierret

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.