Peste à Madagascar: la perception de la population autour de la maladie

Campagne d'information pour lutter contre la propagation de la peste, dans le district d'Antananarivo, le 5 octobre 2017.
© RIJASOLO / AFP

L'an passé à Madagascar, la peste a montré combien elle restait encore une maladie stigmatisante, mettant en péril les liens de solidarité entre les populations. Quatre mois après l'épidémie qui a causé plus de 200 victimes et touché près 2 400 personnes sur l'île, des chercheurs de l'Institut Pasteur de Madagascar, issus de diverses disciplines en sciences humaines et sociales, se sont penchés sur les perceptions de la population malgache autour de cette maladie. Reportage.

Analyser une épidémie à travers le prisme médical est essentiel. Mais saisir les aspects sociaux l'est tout autant si l'on veut espérer enrayer sa propagation. Cette analyse sous le prisme social, des chercheurs en anthropologie de l'Institut Pasteur l'ont réalisée. Ils ont interrogé la population malgache sur la perception qu'ils avaient de la maladie.

« Lorsque nous avons fait cette étude-là, le rat, la puce et la saleté ont été évoqués en lien direct avec la peste [par les personnes interrogées, NDLR]. Or, il y a quand même certaines confusions pour comprendre vraiment quel est le rôle du rat, de la puce et de la saleté. Le fait de mal comprendre le mode de propagation de la peste, ça peut avoir un impact négatif sur l'intervention du gouvernement par exemple », dit Elliot Rakotomanana.

Chiarella Mattern, elle, a été surprise par certains résultats : « Ce qui est intéressant, c'est de voir que les messages de sensibilisation sont évidemment compris de manières différentes. Que certains canaux de sensibilisation, dont on pensait qu'ils avaient un impact, n'ont finalement pas eu d'impact. Comme par exemple les affiches de sensibilisation que l'on utilise comme outils de base pour la communication en santé. Ici, elles n'ont pas été citées par les participants à notre étude. Et le résultat principal qui est ressorti c'est que les perceptions, la compréhension par les gens de ces messages de sensibilisation et de la maladie elle-même ont une influence sur les comportements de prévention. »

Une étude, qui devrait être utile pour mieux cibler les réponses aux prochaines saisons pesteuses et s'assurer que les messages fassent écho auprès d'une population souvent mal renseignée.

(Re) lire : Madagascar: fin de l’épidémie de peste en zones urbaines

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.