Journée de la Francophonie: reportages en Gambie et en RDC

Kairaba avenue, l'une des principales artères de Banjul, la capitale de la Gambie (photo d'illustration).
© RFI / Claire Bargelès

On célèbre la francophonie ce mardi 20 mars, et notamment sur RFI. A Kinshasa, pour promouvoir la lecture, le programme « biblio-malle », apporte des livres dans les écoles. En Gambie, pays anglophone, une marche pour fêter la langue française et des activités sont prévues toute la semaine. Le français est l'une des rares langues étrangères enseignées aux écoliers, dans de nombreuses écoles de ce pays entouré de nations francophones. Et pourtant, une fois adultes, peu de Gambiens sont capables de mémoriser les cours qu'ils ont appris à l'école pour parler français.

« Maintenant je peux parler français (rires). » Hadidja Jawara est en dernière année de droit, à l'université. Elle a recommencé à prendre des cours de français cette année, après avoir longtemps négligé la discipline : « On n'a jamais pris ça au sérieux. Je me disais que je n'en aurais jamais vraiment besoin, et ils nous forçaient à l'apprendre. On voyait le cours de français comme le moment où on pouvait sécher ou faire autre chose. Je pense qu'ils devraient chercher un moyen de motiver à apprendre le français », dit-elle.

Même constat pour Pa Bisenty Mendy. Il a vite oublié ses 5 ans de cours à cause d'un enseignement trop tourné vers l'écrit : « La partie écrite était vraiment dure pour moi. Quand il s'agissait de parler, c'était chouette, on aimait bien toute la partie conversation. Mais toute la partie écrite, c'était un problème, alors j'ai décidé de fuir ces cours », avoue-t-il.

Pourtant, ces étudiants regrettent aujourd'hui de ne pas avoir appris plus sérieusement cette langue, très utile s'ils souhaitent ensuite travailler dans les pays de la région.

Pour l'un de leurs enseignants, Assan Nyang, le français devrait mieux être mis en valeur à l'école : « Il n'y a pas de politique qui favorise l'enseignement du français. Le temps qui est alloué au français, c'est 2h30 par semaine. Les autorités doivent montrer que oui, nous sommes sérieux avec cette matière, comme ils le font d'ailleurs avec les sciences. Et c'est à ce moment-là que les apprenants vont prendre le français au sérieux. »  

Une langue qui continue d'attirer, malgré tout, les Gambiens, et pour preuve : l'Alliance française a vu les inscriptions à ses cours augmenter l'année dernière.


■ En RDC, une «biblio-malle» pour les écoles

A Kinshasa, pour promouvoir la lecture, le programme « biblio-malle » permet aux élèves d'environ 80 écoles de bénéficier de la tournée des malles d'ouvrages. Ce qui permet aux élèves, aux enseignants et aux parents de pallier à une carence d'ouvrages et de bibliothèques.

La "biblio-malle" s'ouvre. L'élève Josué Diamba Lokadi, 16 ans, vient remettre l'exemplaire de "L'enfant noir", le grand classique de Camara Laye, qu'il avait emprunté, il y a une semaine. […] Aujourd'hui, plus de 20.000 ouvrages circulent à Kinshasa d'une école à une autre. […] André Pubukulu, 84 ans, est directeur d'école. "Ce programme est important du fait que les enfants apprennent à lire convenablement et à connaitre des histoires qui se passent dans d’autres pays aussi [...] beaucoup d’écoles n’ont pas de bibliothèques.

Reportage à Kinshasa à l'arrivée de la «biblio-malle»
19-03-2018 - Par Patient Ligodi

Lire aussi : Lancement de la 23e Semaine de la langue française et de la Francophonie

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.