RDC: clôture des candidatures pour la présidence de l'UDPS

Dépôt de candidature de Félix Tshisekedi au siège de l'UDPS.
© RFI / Patient Ligodi

Plus d'une année après la mort de l'opposant Etienne Tshisekedi, son parti l'UDPS lui cherche un successeur. Ce mardi 20 mars a eu lieu la clôture des dépôts des candidatures pour des élections prévues les 30 et 31 mars 2018. Plusieurs candidatures ont été enregistrées, dont celle de Félix-Antoine Tshilombo, son fils.

Il est 16 heures au siège de l'UDPS. Félix Tshisekedi fait son entrée. Accompagné de plusieurs dizaines des militants, il est venu déposer sa candidature. « C'est la première fois que ça arrive dans l'UDPS, rappelle-t-il. C'est un acte qui caractérise la période de l'après-Etienne Tshisekedi qui est une période très importante, parce qu'il faut qu'on continue son combat. Et pour moi c'est un grand honneur déjà d'être à cette étape. »

Avant lui, plusieurs autres candidatures ont été réceptionnées dont celles de David Mukeba. Architecte de formation, il est actuellement, vice-président de la jeunesse de l'UDPS.

Il y a aussi la candidature de Paul Tshilumbu. Même s'il n'occupe pas une fonction officielle au sein du parti, il fait partie des militants de première heure.
Pour Augustin Kabuya, porte-parole de l'UDPS, deux principaux critères vont déterminer l'acceptation d'une candidature. « Nous serons vraiment très exigeants par rapport aux vagabondages politiques et aux parcours. Nous ne pouvons pas faire des choses pour plaire aux gens », affirme-t-il.

Réorganiser l'UDPS

Pour plusieurs militants de l'UDPS, le successeur d'Etienne Tshisekedi devra avoir comme principale tâche la réorganisation du parti. « Quand la tête est coupée, d'autres membres ne savent plus fonctionner correctement », compare un militant.

D'autres par ailleurs estiment que le principal challenge est de gagner la présidentielle prévue en décembre 2018. « La première des choses d'abord c'est de nous faire gagner », lance un autre sympathisant de l'UDPS. Entre temps, Félix Tshisekedi a demandé un débat contradictoire entre les candidats à la succession d'Etienne Tshisekedi avant les élections.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.