Cameroun anglophone: mort d'un otage tunisien lors d'une opération militaire

Des soldats du Bataillon d'intervention rapide (BIR), le 17 novembre à Bamenda, dans le Cameroun anglophone. (photo d'illustration).
© AFP

Un otage tunisien a été tué dans le sud-ouest au cours d'une opération militaire, a annoncé mardi 20 mars le gouvernement camerounais. Trois autres otages, un autre Tunisien et deux Camerounais, ont pu être libérés. Ces derniers travaillaient dans un projet routier et avaient été enlevés depuis une semaine. Leurs ravisseurs sont des miliciens séparatistes se réclamant de l'Etat autoproclamé de l'Ambazonie.

L’ingénieur tunisien et les deux employés camerounais ont été ramenés à Yaoundé mardi en fin d’après-midi dans un hélicoptère militaire. Dans ce vol se trouvait aussi la dépouille de l’autre Tunisien abattu par les ravisseurs, selon un communiqué du gouvernement camerounais.

Les quatre otages avaient été enlevés le 15 mars 2018 dans le sud-ouest alors qu’ils travaillaient sur un chantier routier. Le communiqué du gouvernement précise que la libération de ces otages est intervenue au cours d’une opération spéciale conduite plus tôt dans la matinée par l’armée. Au cours de celle-ci, quatre kidnappeurs ont été tués.

C’est la première opération militaire visant la libération d’otages qui se solde de manière aussi sanglante. C’est aussi la première fois qu’un étranger est tué dans l’une des deux régions anglophones où sévissent depuis quelques mois divers groupes armés se réclamant de l’Ambazonie, cette région anglophone du Cameroun en proie à une contestation indépendantiste.

Yaoundé, qui considère ce groupe comme terroriste, s’est empressé d’adresser ses condoléances au gouvernement et au peuple tunisien. A noter que dans la même région, le gouvernement avait déjà annoncé un jour plus tôt la libération d’une trentaine d’otages détenus par un autre groupe armé.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.