Congo-B: le général Mokoko ne veut plus répondre aux questions des juges

Jean-Marie Michel Mokoko lors d'une interview dans sa résidence à Brazzaville, le 19 mars 2016. L'ex-candidat à la présidentielle a été placé sous mandat de dépôt, le 16 juin 2016
© EDUARDO SOTERAS / AFP

Comme il l'avait annoncé, le général Mokoko refuse de répondre aux juges d'instruction de Brazzaville. Ancien candidat à la présidentielle, le général Mokoko est inculpé depuis juin 2016 et accusé d'atteinte à la sûreté de l'Etat et détention d'armes de guerre. Il était convoqué mardi 20 mars au matin par la justice, mais il ne s'est présenté que quelques minutes. Le temps d'expliquer qu'il ne comptait plus répondre aux questions de l'instruction.

Monsieur Mokoko a décidé de ne plus répondre sur la procédure simplement parce qu'il bénéficie de l'immunité juridictionnelle parce qu'il a été élevé en 1990 à titre exceptionnel à la dignité de grand officier du mérite congolais.

Maître Jean-Philippe Eysseau, avocat du général Mokoko
21-03-2018 - Par Anne Cantener

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.