Republier
Madagascar

Madagascar: le Parlement ajourne le vote des lois électorales

Le Palais de l’Assemblée nationale à Madagascar (image d'illustration).
© Site internet officiel de l'Assemblée nationale

A Madagascar, le vote des lois électorales est ajourné. Mardi 20 mars, les députés devaient adopter ces lois qui régissent les élections, et notamment l'élection présidentielle qui doit se tenir à la fin de cette année. Ces textes sont donc très attendus par la population. Ils doivent d'ailleurs être publiés six mois avant la date du scrutin pour que les Malgaches puissent en prendre connaissance. Mais après plusieurs heures de débat infructueux, c'est finalement l'ajournement qui a été voté.

Débat houleux, soupçon de votes achetés, amendements trop nombreux pour être examinés en une journée, vers 18 heures c’est finalement l’ajournement qui est voté à main levée par les députés.

Jean-Brunel Razafindrahofa est le président du groupe parlementaire Mapar, parti de l’ancien président de la transition Andry Rajoelina. Pour lui, il s’agissait « d’une demande de la part du pro-régime. Pourquoi ? Parce qu’ils n’arrivent pas à atteindre la majorité absolue, c’est-à-dire le nombre de 76 députés. Donc ils ont intérêt d’ajourner cette adoption, faute d’avoir cette majorité ».

Si les débats ont aussi tendus, c’est parce que ces lois définissent notamment les conditions pour pouvoir se présenter à l’élection présidentielle. Dans le texte déposé par le gouvernement, les personnes ayant été condamnées pour crimes ou délits ne peuvent pas se présenter par exemple. Une disposition que certains députés souhaitent amender. En tout, ce sont 87 amendements qui ont été déposés.

A sa sortie de l’Assemblée nationale, le Premier ministre Olivier Mahafaly s’est dit déçu des débats : « Cela me désole un peu ce qui s’est passé parce que je m’attendais vraiment à un débat un peu plus élevé où on discutait vraiment calmement de ces différentes lois. Ce n’était pas le cas malheureusement. De notre côté, on va voir ce que nous pouvons faire. Moi je suis prêt à considérer ces amendements à condition que ces amendements puissent vraiment servir l’intérêt supérieur de la Nation ».

L’adoption de ces lois électorales se fera lors d’une troisième session extraordinaire. La date n’a pas encore été déterminée.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.