Togo: le dialogue inter-togolais est sur le point de reprendre

Vue générale de la ville de Lomé, la capitale du Togo, en octobre 2017.
© AFP/Yannick Folly

Le dialogue inter-togolais suspendu le 23 février, officiellement pour un agenda chargé du facilitateur, doit reprendre. Les discussions bilatérales ont repris, on annonce l'arrivée probable dans la capitale togolaise, de Nana Akufo-Addo, président du Ghana, la semaine prochaine.

Le temps de la suspension a semblé long à la coalition de l'opposition ; à plusieurs reprises on a bousculé les choses pour descendre à nouveau dans les rues.

Cette fois, on s'est compris : le facilitateur Nana Akufo-Addo, président du Ghana, a repris langue avec toutes les parties. Son envoyé, Albert Kan Danpaah a séjourné dans la capitale togolaise lundi 19 mars et parlé avec la mouvance présidentielle et la coalition des 14 partis de l'opposition.

Contacté, Gilbert Bawara, ministre de la fonction publique confirme : « nous avons été reçu par le représentant du facilitateur, nous lui avons réitéré la disponibilité du président Faure Gnassingbé à trouver un compromis avec l'opposition à travers le dialogue ».

La coalition de l'opposition a confirmé à travers une déclaration que le facilitateur a affirmé avoir achevé les discussions avec le gouvernement et que les discussions au sein du dialogue pouvaient reprendre la semaine prochaine. Il reste l'arrivée de Nana Akufo-Addo à Lomé pour la reprise effective du dialogue. On l'annonce en effet pour la semaine prochaine.

Deux principaux points étaient sur la table au moment de la suspension le 23 février : l'arrêt  du processus électoral en cours sans l'avis de l'opposition et la lancinante interrogation sur la présentation de Faure Gnassingbé à l'élection présidentielle de 2020.