Cameroun: un ancien ministre en fuite rapatrié de force à Yaoundé

Vue générale de Yaoundé, la capitale du Cameroun. (Photo d'illustration)
© Tim E. White/Getty Images

Un ancien ministre en cavale arrêté et ramené manu militari à Yaoundé, plusieurs autres anciens ministres et directeurs généraux de sociétés publiques sous enquête judiciaire ou en détention provisoire, ces derniers jours, « l'opération Epervier », l'opération mains propres ou de lutte contre la corruption qui a vu la condamnation souvent à de lourdes peines de prison de plusieurs dignitaires du régime, a repris du service. Basile Atangana Kouna, hier encore ministre de l'Eau et de l'Energie, récemment débarqué du gouvernement et dont l'escapade a été stoppée au Nigeria, devrait rapidement y répondre de sa gestion.

La cavale de Basile Atangana Kouna, ancien ministre de l’Eau et de l’Energie, s’est arrêtée net au Nigeria. A 18h20 jeudi 22 mars, celui que des informations insistantes annonçaient en fuite au Canada, a été débarqué d’un vol spécial en provenance du Nigeria, menotté et sous bonne garde, à l’aéroport international de Yaoundé.

Il a ensuite été conduit dans un lieu de détention gardé secret. Sa cavale, tel un film policier, a tenu en haleine pendant plusieurs jours l’opinion publique camerounaise.

Limogé du gouvernement le 2 mars dernier, il était, avec plusieurs autres personnalités, frappé de l’interdiction de sortie du territoire. Une précaution administrative des services de police, synonyme de l’ouverture imminente des procédures judiciaires contre sa gestion.

Dans la même journée de jeudi, plusieurs autres personnalités comme d'anciens ministres et d’anciens directeurs généraux de sociétés publiques ont été entendues devant le Tribunal criminel spécial, qui instruit l’essentiel de ces affaires. Certains placés en détention provisoire à la prison centrale de Yaoundé où ils ont rejoint trois autres dignitaires déjà emprisonnés, au compte duquel un ancien recteur de l’université de Douala et un ancien secrétaire d’Etat chargé des routes.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.