Republier
Mali

Mali: une visite haute en symbole du Premier ministre à Kidal

Soumeylou Boubeye Maïga.
© primature.gov.ml

Cela faisant quatre ans qu'un chef du gouvernement du Mali ne s'était plus rendu dans la ville du Nord. Soumeylou Boubeye Maïga l'a fait vendredi 23 mars, accompagné de huit de ses ministres. Un déplacement sous très haute surveillance et escortée par l'ancien rébellion, les combattants de la CMA. Une visite qui n'était pas sans risque : la veille, la base de la Minusma a été une fois de plus visée faisant cinq blessés parmi les soldats français.

L'hélicoptère atterrit dans la cour de la mission de l'ONU à Kidal, car l'aéroport est impraticable. Le Premier ministre sort tout sourire du ventre de l'appareil. Pour l'accueillir, le représentant spécial de l'ONU au Mali, Mahamat Saleh Annadif qui a tout fait pour la réussite de la mission. Les deux hommes rentrent dans le véhicule, le cortège est très sécurisé. Soumeylou Boubeye Maïga et sa délégation rentrent dans la ville. Des hommes sont habillés en tenue militaire, ce sont les combattants de la Coordination des mouvements de l'Azawad. Certains se mettent au garde-à-vous devant le cortège.

Une visite est rendue au chef traditionnel de Kidal, l'amenokal Mohammed Ag Intalla. A Kidal, les rues ne sont pas très animées, on observe quelques nouvelles constructions. Le programme phare de la journée, c'est la rencontre entre Boubeye Maïga et les locaux. Dans la salle, deux femmes tiennent en main le drapeau malien, deux autres le drapeau indépendantiste.

Le représentant des jeunes de Kidal prend la parole, il demande à l'Etat d'aider la jeunesse. C'est au tour du représentant de la Cema. Il affirme : « Nous avons bon espoir qu'après cette rencontre, les choses avancent. »

Après la visite, la population attend des actes

Le Premier ministre à son tour parle aux Kidalois. « Le président IBK m'a demandé de venir ici pour une mission d'écoute » a-t-il commencé à expliquer. Il annonce des aides, rappelle que le Mali est indivisible, mais que la diversité sera respectée.

« Je crois que le Premier ministre a brisé le mur de méfiance » a réagi l'ancien ministre et président du DDR Zahabi Ould Sidi Mohamed.

Je peux dire que c'est le plus beau jour depuis que j'ai été nommé représentant spécial du secrétaire général au Mali. Ce que nous avons vécu aujourd'hui dénote que les Maliens s'attachent encore à la souveraineté de leur pays, qu'on peut dire aujourd'hui qu'il y a un seul Mali.

Mahamat Saleh Annadif, représentant spécial de l'ONU au Mali
24-03-2018 - Par RFI

Un habitant interrogé par RFI se dit soulagé que la visite se soit déroulée sans incident. « Pour la majorité de la population de Kidal, cette visite est très importante. Ca faisait très longtemps que l'on n'avait pas vu d'autorité malienne ici. Nous sommes très contents, très soulagés que tout se soit bien passé. »

Désormais, il attend beaucoup des suites de cette visite, car les priorités à Kidal sont nombreuses explique-t-il : « Et puis, on veut voir concrètement les retombées de cette visite du ministre. La première des priorités ici, c'est avant tout l'école, puis la santé et l'eau. Ensuite, nous, habitants de Kidal, souhaitons totalement l'application intégrale de l'accord. C'est la seule chose qui puisse apporter la meilleure sécurité, même si elle ne le sera pas à 100%. »

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.