Republier
Togo

Le dialogue togolais, deux approches qui s'opposent

Manifestation de l'opposition à Lomé le 20 septembre 2017 (photo d'illustration)
© REUTERS

Le dialogue togolais a été de nouveau suspendu à Lomé vendredi 25 mars, après une journée de discussion entre pouvoir et opposition. Les deux parties ne sont pas parvenues à un accord sur le retour à la constitution de 1992 avec pour conséquence de refuser un quatrième mandat à Faure Gnassingbé.

La coordinatrice de la coalition des 14 partis de l'opposition reconnaît d'entrée qu'il y a eu du positif à cette session de dialogue. Le positif, c'est que la coalition a obtenu du gouvernement que la préparation unilatérale du processus électoral soit suspendue.

Après les échanges bilatéraux, on revient en plénière et la question du retour à la Constitution de 1992 est posée sur la table. « Nous pouvons accepter en lieu et place d'un retour intégral que les dispositions essentielles qui relèvent de l'essence de la Constitution soit réintégrées dans la Constitution. Et nous avons dit, en ce qui concerne la limitation des mandats, ce sera pour nous inacceptable d'ôter la formule, en aucun cas », dit Brigitte Kafui Adjamagbo-Johnson.

« Nous sommes face à une divergence d'approche et de vision, relève Gilbert Bawara, ministre de la Fonction publique. Nous sommes ouverts au dialogue et à promouvoir une révision ou une modification de la Constitution actuelle dans le sens de l'amélioration et du renforcement de la démocratie et de l'Etat de droit. Nous refusons de nous enfermer dans des débats dogmatiques, ajoute le ministre qui parle au nom du pouvoir. Il revient, conclut-il, à chaque parti ou regroupement de partis politiques de se choisir leur candidat aux scrutins à venir dans le respect des lois en vigueur.

Les divergences sont inconciliables, l'impasse constatée, le dialogue est à nouveau suspendu, sa reprise remise à une date ultérieure.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.