Republier
Sénégal

Sénégal: décès de Mamadou Diop, ancien maire de Dakar

Le 9 février 1998, le président français Jacques Chirac (G) remet au maire de Dakar Mamadou Diop l’insigne de grand officier de la Légion d’honneur, à l’Elysée, à Paris.
© THOMAS COEX / POOL / AFP

Au Sénégal, c’est un pilier de l’histoire politique qui vient de disparaître. Mamadou Diop, ancien maire de Dakar, est décédé, ce lundi 26 mars, à l’âge de 82 ans. Engagé au sommet de l’Etat avant l’indépendance en 1960, l’homme politique a ensuite accompagné deux présidents, avant de se consacrer, pendant près de deux décennies, à la mairie de Dakar et d’y former celui qu’il considérait comme son héritier politique, l’actuel maire Khalifa Sall.

C’était l’une de ses dernières apparitions publiques. Le 9 février dernier, alerte malgré ses 82 ans, Mamadou Diop avait accepté, à la demande des avocats de Khalifa Sall, de venir témoigner à la barre du tribunal.

« Khalifa Sall est comme mon fils », avait déclaré l’homme politique.

Durant près d’une heure, Mamadou Diop avait expliqué le fonctionnement des institutions. En effet, sa vie professionnelle a débuté dans la gendarmerie, avant de se poursuivre à la Cour suprême où il était magistrat, avant d’intégrer la présidence de la République comme secrétaire général de l’institution, puis ministre des présidents Léopold Sedar Senghor et Abdou Diouf.

En 1984, Mamadou Diop devient maire de Dakar. Il va tenir les rênes de la capitale durant 17 ans. Durant le procès de Khalifa Sall - soupçonné de détournements de deniers publics - il était revenu longuement sur l’utilisation des fonds de la mairie.

« Ces fonds politiques, c’est l’histoire du Sénégal, c’est l’histoire de la ville de Dakar », a-t-il déclaré.

Mamadou Diop ne connaîtra donc pas l’épilogue de son dernier combat politique, car l’annonce du verdict de ce procès Khalfa Sall est prévu, ce vendredi 30 mars.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.