Republier
Mali Terrorisme

Mali: deux morts dans l'attaque d'un hôtel à Bandiagara

A Bandiagara, des assaillants ont attaqué l'hôtel La Falaise ce 28 mars 2018.
© RFI/Capture d'écran

A Bandiagara, localité du centre du Mali récemment visitée par le Premier ministre lors de son périple à l’intérieur du pays, des assaillants ont attaqué, le 28 mars dans la nuit, l'hôtel La Falaise avant d’être repoussés. L'attaque au cours de laquelle au moins deux personnes ont été tuées a été officiellement qualifiée de « terroriste ».

Tout a commencé quand des coups de feu entendus près de l'hôtel La Falaise, dans la ville malienne de Bandiagara ont provoqué un début de panique, ce 28 mars. Comme l’hôtel jouxte une banque, certains ont d’abord pensé à des braqueurs. Mais très rapidement, au moins cinq assaillants armés ont commencé à se diriger vers l’hôtel, vers 21h15 (heure locale).

Les assaillants son arrivés à motos et ont garé leurs véhicules à 200 mètres de l'hôtel pour rester discrets. C'est à l'arrière du bâtiment qu'ils ont d'abord ouvert le feu sur deux gardes.

Ali est le réceptionniste de l'hôtel : « Ils étaient au nombre de cinq quand ils ont attaqué. On avait deux gardes armés devant l’hôtel. Ils sont venus et ils ont tiré quasiment à bout portant sur un garde. Son collègue a riposté et les deux gardes qui sont à la banque juste à côté sont venus. Pendant trente minutes, il y a eu des échanges de tirs. Comme l’hôtel n’est pas très loin de la sortie de la ville, ils se sont dispersés et ils se sont enfuis avec un blessé et ont récupéré l’arme d’un de leur qui est mort ».

Des éléments de la Garde nationale ont repoussé une attaque terroriste contre l’hôtel, précise le communiqué du ministère malien de la Sécurité, qui ajoute que deux personnes dont un garde ont été blessées, alors que deux terroristes ont été neutralisés. Mais Il aura fallu près d'une heure aux forces de sécurité pour arriver.

Coeur du tourisme en pays dogon

Selon nos informations, une femme employée de l’hôtel a été grièvement blessée et certains des assaillants se sont mêlés à la foule pour s'échapper. De nombreux coups de feu ont été entendus, ce qui laisse penser que les attaquants ont dû résister pendant un moment. Un garde national serait par ailleurs mort dans l'attaque.

La ville de Bandiagara est le cœur du tourisme en pays dogon, dans la région de Mopti. Elle fait partie des localités récemment visitées par le Premier ministre malien, Soumeylou Boubeye Maïga. Et cette attaque intervient dans un contexte de vives tensions entre les communautés Dogon et Peul dans cette région du pays, et quelques jours seulement après donc cette. Des discussions d'apaisement étaient d'ailleurs au programme du Premier ministre lors de sa visite la semaine dernière.

Les Dogons sont traditionnellement agriculteurs et sédentaires, quand les Peuls, eux pratiquent plutôt l'élevage transhumant. Ils se disputent donc régulièrement les ressources naturelles. Mais les violences de ces dernières semaines sont particulièrement fortes.

Pour Ali, ces tensions sont exacerbées par les groupes jihadistes qui n'ont pas choisi d'attaquer après la visite du Premier ministre par hasard : « Les gens prétendent que c’est la guerre entre les Dogons et les Peuls, mais ce n’est pas ça. Pour nous, ce sont les jihadistes qui essayent d’infiltrer Bandiagara. Depuis la guerre du Mali, Bandiagara n’a jamais été touchée. Il y avait entre nous une cohésion sociale ».

La situation s'est dégradée dans le centre depuis 2015 quand le groupe armé du prédicateur Amadou Koufa s'est installé.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.