Republier
Niger Justice

Niger-justice: la défense dénonce des abus pour les leaders de la société civile

Des militaires devant la prison de Niamey, le 1er juin 2013. (Image d'illustration)
© AFP PHOTO / STRINGER

Au Niger, la justice nigérienne a ordonné, ce mercredi 28 mars, la réouverture de la radiotélévision privée Labari, fermée dimanche soir par les autorités après une manifestation interdite qui avait dégénéré en violences avec la police. Vingt-deux personnes sur les 23 arrêtées ce dimanche sont poursuivies. Parmi elles, les leaders de la société civile. Visés par trois chefs d'inculpation, ils ont passé leur deuxième nuit en prison. Selon le mandat de dépôt, ils devraient être transférés dans des maisons d'arrêt en dehors de Niamey. Leur avocat dénonce une inculpation abusive et fausse.

Ils sont inculpés de ce qu’ils n’ont pas fait. Je suis formel là-dessus. Ils sont inculpés de participation et d’organisation de manifestations interdites, de provocation par des écrits et par des affiches, d’attroupements, complicités de violence, voire de dégradations de biens publics.
Maître Boudal Effred Mouloul, avocat
29-03-2018 - Par RFI

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.