Republier
RDC Terrorisme

RDC: un nouveau drame à Beni provoque l'exaspération de la population

Des militaires de l’armée congolaise patrouillent en uniforme après un massacre à Beni, en août 2016 (photo d'illustration).
© Sonia Rolley / RFI

Un nouveau drame à Beni dans le nord-est du Congo où, depuis 2014, les massacres par des présumés rebelles ADF se multiplient. Mardi soir 27 mars, onze personnes, dont un enfant de 3 ans, ont été tuées à coup de machettes dans un quartier du nord-est de la ville de Beni. Résultat : toute la journée hier, la ville de Beni s'est retrouvée bloquée, confrontée au ras le bol de la population.

Principales artères de la ville bloquées, pneus brûlés et jets de pierre sur les forces de l'ordre... jusqu'à la mi-journée, hier, mercredi 28 mars, la ville de Beni a été comme emportée par la colère de ses habitants.

Car, depuis 2014, les tueries se multiplient sans que les autorités ne parviennent à y mettre un terme. Gilbert Kambale, président de la société civile de Beni, parle d’un véritable drame humanitaire : « Il y a plus de 1 300 morts maintenant depuis le 15 octobre 2014. Il y a des moments où il y a des accalmies ; après ils reviennent et ils tuent. La population vraiment ne sait plus quoi faire. »

Depuis janvier, l'armée congolaise a lancé une nouvelle opération militaire contre les ougandais des Forces démocratiques alliées (ADF), mais les tueries se poursuivent. Toute la journée hier, les magasins sont restés fermés. L'armée, elle, patrouillait en ville, alors que les habitants se préparaient à une nouvelle nuit d'angoisse.

Je dois préciser qu'il n'y a pas eu attaque dans la ferme privée du président de la République. C'est plutôt un groupe d'assaillants qui a attaqué la position du 321e bataillon des forces armées de la République démocratique du Congo. Ce bataillon tient sa position non loin de la ferme du président de la République.

Paul Muhindo, député du Nord-Kivu
30-03-2018 - Par Sonia Rolley

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.