France: la justice relaxe des médias et ONG poursuivis pour diffamation par Bolloré

Logo du groupe Bolloré.
© BERTRAND GUAY / AFP

En France, le tribunal de grande instance de Paris a décidé une relaxe générale pour trois journaux et deux ONG, attaquées en diffamation par deux sociétés spécialisées dans l'huile de palme et d'hévéa, deux entités liées au groupe Bolloré, Socfin et sa filiale camerounaise Socopalm. En cause : des articles faisant état des mobilisations de villageois et d'agriculteurs voisins d'exploitations gérées par ces deux groupes et qui dénonçaient des « accaparements » de terre.

Pour nous, c’est un pas important dans la défense de la liberté d’expression.

Marie-Laure Guislain, la responsable du contentieux au sein de Sherpa, une des ONG poursuivie dans cette affaire
30-03-2018 - Par Esdras Ndikumana

L'ONG Sherpa espère maintenant que la prochaine étape pour la justice française serait de condamner les sociétés qui abusent de ces poursuites pour diffamation.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.