Republier
Mali Ansar Dine

Mali: lorsque Al Hassan faisait régner la terreur à Tombouctou

Des combattants du groupe islamiste Ansar Dine à Tombouctou, en avril 2012 (illustration).
© AFP PHOTO / AFPTV / FRANCE 2

Il est accusé de crimes contre l’humanité et crimes de guerre commis à Tombouctou entre avril 2012 et janvier 2013. « Al Hassan », un ancien membre présumé d’Ansar Dine, a été remis samedi 31 mars par les autorités maliennes à la CPI.

A Tombouctou, on se souvient d'Al Hassan comme un jeune homme de taille moyenne, âgé à l'époque d'une petite trentaine d'années. Souvent décrit comme « un être plutôt courtois au premier abord », ce présumé membre du groupe Ansar Dine a fait régner la terreur.

Entre avril 2012 et janvier 2013, il dirigeait la police islamique. « On le voyait souvent arpenter les rues à bord d'un pick-up », raconte un habitant. « Il chassait les contrevenants ». Interdiction de fumer, de boire de l'alcool ; obligation de porter le voile intégral pour les femmes. « Il disait : 'ici c'est la charia, pas les lois imbéciles de la démocratie' », explique un homme qui l'a jadis rencontré.

« On vivait dans la peur permanente », indique un intellectuel. « Il nous a privés de l'ensemble de nos libertés et contraints d'adhérer à des valeurs que nous ne connaissions pas (...) Tout était interdit sauf la mosquée ! » Un membre d'ONG renchérit : « Ses hommes de main prenaient les femmes, les violaient, les mariaient de force. C'était une véritable humiliation. »

Le président de l'Association malienne des droits de l'homme, Maître Moctar Mariko, voit dans le transfèrement d'Al Hassan à la CPI « une avancée très importante dans la lutte contre l'impunité ». « Nous avons porté plainte nommément contre cet individu suite aux récits et aux témoignages de certaines victimes (...) Nous ne pouvons que nous réjouir et les victimes peuvent commencer à souffler et à espérer », confie-t-il.

Si cette arrestation et ce transfèrement à la CPI d'Al Hassan sont vécus comme un immense soulagement, beaucoup d'habitants de Tombouctou espèrent que ses nombreux sbires seront eux aussi rapidement arrêtés et jugés.

→(Re)lire: Le Mali livre à la CPI un présumé jihadiste

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.