Un canular de Jeune Afrique provoque la colère du footballeur Samuel Eto’o

Le Camerounais Samuel Eto'o.
© AFP PHOTO / MARCO BERTORELLO

C’est un canular qui fait grand bruit au Cameroun. Le magazine Jeune Afrique a publié, ce dimanche, à l'occasion du 1er avril, une interview imaginaire de Samuel Eto'o. Dans ce faux entretien, le footballeur camerounais annonce sa fausse candidature à la présidentielle de son pays, en octobre prochain. Mais ce « poisson d'avril » n'a pas du tout fait rire le sportif. Samuel Eto'o menace d'intenter une action en justice pour diffamation.

Samuel Eto’o demande à Jeune Afrique, à l'origine de l'article, et à France 24 qui a repris le canular, de publier un rectificatif «  dans les meilleurs délais ». Le footballeur a adressé un droit de réponse aux deux médias sur sa page Facebook.

Il estime que cette interview fictive « porte atteinte à son honneur et véhicule de nombreuses allusions malsaines ». Une référence, par exemple, à cette phrase : « Je rêve de la présidence comme Jules César rêvait de Rome ».

Samuel Eto'o accuse les journalistes d'avoir voulu créer le buzz en surfant sur la récente élection de George Weah, l'ancienne star de football devenue président du Liberia, mais également sur sa notoriété de footballeur.

Un canular « malfaisant »

Le sportif dénonce un canular « malfaisant aussi bien sur la forme que le fond ». « En tant que Camerounais, je suis profondément respectueux des institutions de mon pays et ceux qui les incarnent », écrit Samuel Eto'o. Avant d'ajouter : « Le sujet de l'élection présidentielle au Cameroun est trop important pour que l'on puisse en parler avec autant de légèreté ».

Plus grave encore, selon lui : le traitement qui est fait de la crise anglophone. Dans l'article-canular, Jeune Afrique lui demande : « Comment pensez-vous résoudre la crise anglophone ? » Et voici la réponse que le magazine lui a imaginé : « J’ai passé une année à Londres quand j’étais à Chelsea (...) Quand on a joué avec John Terry, ce ne sont pas quelques milices séparatistes qui peuvent vous effrayer ». Des propos qui ne plaisent pas du tout à Samuel Eto'o. Le footballeur qui rappelle que cette situation « cause au quotidien la désolation et le deuil » au Cameroun.

Le magazine a indiqué très clairement après sa publication que cette interview était imaginaire. Un canular qui a, en tous les cas, fait réagir sur les réseaux sociaux. Les avis sont partagés entre ceux qui trouvent cette blague de mauvais goût et d’autres qui estiment que c’est un bon poisson d’avril.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.