Fleuve Niger: au Mali, les populations sensibilisées à la qualité de l'eau

Le fleuve Niger à Bamako (photo d'illustration).
© RFI/V.Barral

Au Mali, l'Agence du Bassin du fleuve Niger a lancé un site internet de collecte et partage de données sur la qualité de l'eau du fleuve. Soutenu techniquement par l'ONG AKVO et financièrement par une autre ONG, Via Water, ce projet a vu le jour en huit mois. L'idée est de rendre accessible au public toutes les informations sur la pollution du fleuve Niger pour les sensibiliser au problème de la qualité de l'eau.

Dans cette première phase du projet, douze agents font des relevés de données sur 22 kilomètres du fleuve, dans les alentours de Bamako. Ils s'appuient pour cela sur de nouvelles technologies comme une application (Akvo Caddisfly) sur smartphone, qui permet de collecter les informations recueillies dans l'eau via des bandelettes et des capteurs, ou encore un drone sous-marin, nous explique Baba Faradji N'diaye, chef du département protection et gestion des écosystèmes à l'Agence du bassin du fleuve Niger.

Le Niger reçoit tous les déchets des activités humaines

« Dans une grande ville comme Bamako, pratiquement tous les quartiers riverains du fleuve, déversent tout ce qu’ils produisent comme déchets liquides, déchets solides, directement dans le fleuve. Les unités industrielles, les unités artisanales comme la tannerie, comme les teinturiers… Tous, déversent directement leurs eaux usées dans le fleuve », regrette Baba Faradji N'diaye.

Le Niger reçoit aussi les résidus des engrais de la région de Ségou, où se pratique l'agriculture, « des zones minières comme la région de Sikasso, et aussi, en amont de Bamako, sur le site de Kangaba, où il y a une activité d’orpaillage. Ces orpailleurs utilisent beaucoup de produits nocifs comme le mercure, comme le cyanure… Et tous ces résidus sont directement déversés dans le fleuve ».

Ph, nitrites, nitrates, taux de chlorure, de phosphates... toutes ces données scientifiques sont analysées et rendues publiques sur le site. Les non-initiés qui ne comprennent pas grand-chose à ces données brutes peuvent accéder à des analyses simplifiées, cartes et graphiques à l'appui.

Sensibiliser à l'importance d'une eau propre

Car l'objectif du projet est vraiment de rendre l'information accessible à tous pour susciter une prise de conscience de l'importance d'une eau de bonne qualité, nous explique Tizia Wouters, de l'ONG néerlandaise Via Water qui finance le projet. « Toutes les données vont être mises à la disposition des citoyens et chercheurs. Il est important que cette transparence se développe ».    

A terme, le projet compte étendre ses analyses sur toute la partie malienne du fleuve Niger.

à (ré)écouter: Au Mali des solutions innovantes pour l'accès à l'eau potable

Des pirogues sur l'un des bras du fleuve Niger à Djambakourou, cerlce de Mopti à Konna au Mali. © TataTimbo

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.