Republier
Côte d'Ivoire

Côte d’Ivoire: Jeannot Ahoussou-Kouadio élu premier président du nouveau Sénat

Le nouveau président du Sénat Jeannot Ahoussou-Kouadio (c) à l'annonce de son élection pendant la session inaugurale du Sénat, le 5 avril 2018 à Yamoussoukro.
© SIA KAMBOU / AFP

En Côte d'Ivoire, le tout nouveau Sénat a tenu ce jeudi matin 5 avril sa séance inaugurale à Yamoussoukro et désigné son premier président. Il s’agit du ministre Jeannot Ahoussou-Kouadio.

65 voix pour, un bulletin nul, l’élection de l’ex-Premier ministre, actuel ministre chargé du dialogue politique n’a pas fait un pli à Yamoussoukro ce jeudi matin.

Il faut dire que seul en lice, Jeannot Ahoussou-Kouadio ne souffrait l’ombre d’aucune concurrence. A 67 ans, cet avocat de formation, cadre du PDCI d’Henri Konan Bédié a été élu sénateur le 24 mars dernier sous la bannière Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP), celle du parti unifié de la majorité présidentielle dans la circonscription du Belier.

Jeannot Haousou-Kouadio présidera donc la chambre haute du Parlement dont il se plait à dire qu’elle représentera les intérêts des collectivités territoriales. « Le Sénat va contribuer à prendre en compte les problèmes des population à la base. Et le Sénat va être à l’écoute, va contribuer à prendre des bonnes lois », a-t-il également ajouté.

Seulement huit sénatrices

Si le président Jeannot Ahoussou-Kouadio espère beaucoup de sa nouvelle institution, il va sans doute falloir lui donner un peu plus d’équité en matière de genre car pour un Parlement qui se veut moderne, compter seulement huit sénatrices sur 66 élus, ce n'est pas des plus reluisants. « Nous espérons que pour les locales qui sont les mairies et les régionales, il y aura au moins 30 % de femmes, ce qui est le minimum que demande l’international », explique Sarah Fadiga Sako, elle-même sénatrice.

A ses côtés, Chantal Fanny, élue du Folon, région du nord-ouest du pays, partage le point de vue de sa consœur du Bafing : « Nous espérons qu’on aura au moins deux ou trois vice-présidentes, ne serait-ce qu’au moins deux vice-présidentes. On espère ça. Et nous estimons que le président élu fera de sorte que ce soit bien équilibré et que nous puissions vraiment nous exprimer dans ce Sénat. »

A présent, on attend la nomination du dernier tiers du Sénat qui est à la discrétion du président Alassane Ouattara, très discret sur cette échéance.

Le prochain rendez-vous des sénateurs est le 12 avril prochain pour la première séance plénière sans doute en présence du président ivoirien.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.