Republier
Togo

Togo: Assiba Johnson placé sous mandat de dépôt

Un camion de police dans une rue de Lomé, le 18 octobre 2017.
© REUTERS/via Reuters TV

Au Togo, Assiba Johnson a passé sa première nuit à la prison civile de Lomé. Une information judiciaire a été ouverte vendredi contre le président du Regroupement des jeunes Africains pour la démocratie et le développement (Rejadd) qui est co-auteur d'un rapport dénonçant la répression des manifestations au Togo en 2017 et 2018. Deux chefs d'accusation ont été retenus contre lui : propagation de fausses nouvelles et outrage aux autorités publiques.

Maître Claude Amegan, son avocat, ne comprend pas pourquoi son client a été mis sous mandat de dépôt.

J’avoue que je suis très stupéfait qu’on s’en prenne à un des défenseurs des droits de l’homme dans le cadre de ses activités suite à un rapport qu’il a publié. Nous avons discuté pendant plus d’une heure avec le juge d’instruction pour que Monsieur Assiba Johnson soit remis en liberté. Qu’on lui permette de rapporter la preuve, les éléments d’où il a tiré les informations pour sortir le rapport. Mais toute notre empathie a été vaine, nous en sommes vraiment navrés.

Maître Claude Amegan
07-04-2018 - Par Marie-Pierre Olphand

  

L'arrestation d'Assiba Johnson fait suite à un rapport publié en février dernier sur le nombre de victimes de la répression des manifestations politiques au Togo, depuis le début de la crise togolaise en août 2017.

Selon ce rapport, les « répressions » ont fait « plus de 100 morts, généralement par balles ou par exécutions extrajudiciaires, parmi lesquels on compte des enfants, des milliers de blessés par balles ou victimes de sauvages passages à tabac [...] des milliers d'arrestations, des milliers de déplacés et d'exilés ».

Le gouvernement avait rejeté le contenu de ce rapport, dénonçant des « affirmations tendancieuses et irresponsables » et avance un bilan de 14 morts, dont deux militaires.

Dans la même affaire, trois directeurs de publication ont été entendus cette fin de ce semaine. Le dernier a été interrogé vendredi matin par les services de renseignement et d'investigation de la gendarmerie de Lomé : Abi Alfa, patron du journal Le Rendez-vous, est ressorti libre comme ses confrères.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.