Republier
Éthiopie

Ethiopie: en Oromiya, le Premier ministre poursuit ses gestes d'ouverture

Abiy Ahmed salue la foule à son arrivée à Ambo, en région Oromiya, le 11 avril 2018.
© REUTERS/Tiksa Negeri

Après un discours d'investiture salué, y compris par certains opposants, Abiy Ahmed s'était rendu en région éthio-somalie (Est). Mercredi, il est allé en Oromiya, la région la plus peuplée et contestataire du pays de 100 millions d'habitants. Le chef du gouvernement était à Ambo (à une centaine de kilomètres à l'ouest d'Addis-Abeba), l'un des hauts lieux des protestations anti-gouvernement depuis 2015. Il y était attendu par plusieurs milliers de personnes.

A peine les voitures 4x4 entrent-elles dans l'enceinte du stade de l'Université d'Ambo, que la foule brise le cordon des forces de l'ordre. S'en suit une belle cohue. Abiy Ahmed monte à la tribune, accompagné du président de la région, Lemma Megersa, autre coqueluche des manifestants oromos.

Les chefs religieux traditionnels, les Abaa Gadaa, bénissent la réunion publique. « Aujourd'hui, Ambo est le centre de l'Ethiopie... New York », s'enflamme le maire. Il reprend le slogan imprimé sur des dizaines de t-shirts. « Nos héros » y est-il aussi écrit.

Le principal héro, Abiy Ahmed, commence son discours. Il insiste sur l'unité du pays, sur la nécessité de capitaliser sur ce succès pour apporter paix et démocratie. Et tout cela, en Afaan Oromo, la langue régionale.

Teshome Gutu est transporté : « Je suis très heureux parce qu'on atteint enfin cette position après cent ans d'attente en Ethiopie ». Pas un mot, en revanche, sur l'état d'urgence, de nouveau en vigueur depuis près de deux mois. « Certaines choses peuvent être réglées tout de suite et d'autres peuvent prendre davantage de temps donc laissons-lui du temps », conclut cet habitant.

Commence son discours, il insiste sur l'unité du pays, sur la nécessité de capitaliser sur ce succès pour apporter paix et démocratie... Et tout cela, en Afaan Oromo, la langue régionale.

Abiy Ahmed monte à la tribune, accompagné du président de la région, Lemma Megersa, autre coqueluche des manifestants oromos
11-04-2018 - Par Vincent Dublange

Des milliers de personnes se sont rassemblées à Ambo, en Oromiya, à l'occasion du déplacement du nouveau Premier ministre Abiy Ahmed, le 11 avril 2018. © REUTERS/Tiksa Negeri

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.