Libye: l’ONU dénonce une généralisation des détentions arbitraires

Des migrants dans un centre de détention, en Libye avant d'être rapatriés dans leur pays d'origine, le 2 décembre 2017.
© ©Abdullah DOMA/AFP

Selon un nouveau rapport de l'ONU sur la Libye, publié mardi 10 avril, des milliers d'hommes, de femmes et des enfants sont détenus dans des conditions « horribles » dans ce pays par des groupes armés qui leur font subir des tortures et autres mauvais traitements. L'ONU dénonce une « généralisation » de la « détention prolongée et arbitraire et des violations systématiques des droits de l'homme en détention ». Selon des chiffres datant d'octobre 2017, quelque 6 500 personnes croupissaient alors dans des prisons officielles. Mais personne n'est aujourd'hui en mesure de donner un chiffre exact du nombre des détenues en Libye.

Les centres de détention sont réputés pour une pratique répandue de la torture et des conditions déplorables. De nombreux cas de décès en détention ont été documentés. Ce rapport tente de rendre compte de cette situation alarmante, qui ne s’améliore pas, y compris depuis la signature d’un accord politique libyen en décembre 2015.
Liz Throssell de la section des Droits humains aux Nations unies
11-04-2018 - Par Houda Ibrahim

 

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.