Republier
Libye

Libye: l'entourage de Khalifa Haftar tente de rassurer sur son état de santé

Le général Khalifa Haftar dans la ville d'Abyar, à l'est de Benghazi, le 31 Mai 2014.
© REUTERS/Esam Omran Al-Fetori

L'homme fort de l'Est libyen, le maréchal Khalifa Haftar, est toujours hospitalisé en France. Selon nos informations, il serait à l'hôpital militaire de Percy, en région parisienne. Dans son entourage en France, on reste très discret, rien ne filtre réellement sur son état de santé ni sur le lieu et les conditions de son hospitalisation. Des sources en contact avec les proches du militaire se bornent à indiquer qu'il est en meilleure santé. A Benghazi, ses officiers ne peuvent plus nier les informations sur l’état de santé dégradé du maréchal.

C'est sans doute pour éviter qu’une escalade ait lieu sur le terrain que les responsables de l'Est libyen communiquent à leur façon en ce qui concerne l'état de santé du maréchal Khalifa Haftar et son transfert en France. Ces officiers ont, dans un premier temps, tout nié d'emblée, mais les heures passant, sans que Khalifa Haftar n'apparaisse, ses officiers se sentent de plus en plus embarrassés.

C'est le cas du porte-parole de l'armée nationale libyenne (ANL) le général Ahmad al-Mismari. En tenant mercredi soir à Benghazi sa conférence de presse hebdomadaire, il a esquivé plusieurs fois la question et a tenté de rassurer en lisant un message de Khalifa Haftar ce qui sous-entend son absence du pays : « Le maréchal Haftar assure les Libyens que la situation sécuritaire est sous contrôle, sur tous les fronts », a-t-il déclaré.

Dans l'entourage de Khalifa Haftar à Paris, il semble qu'il y n'ait qu'un seul mot d’ordre : répandre de bonnes nouvelles sur l'état de santé du maréchal.

Cet entourage a même fait croire à la presse qu'une rencontre a eu lieu, mercredi, entre Khalifa Haftar et le prince héritier saoudien, dit MBS, à l'hôtel George V à Paris. Une façon de dire que Khalifa Haftar va mieux, sauf que la rencontre n'a jamais eu lieu.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.