Comores: la Cour constitutionnelle menacée de disparaître, l'opposition inquiète

Le président comorien a transféré les missions de la Cour constitutionnelle à la Cour suprême.
© IBRAHIM YOUSSOUF / AFP

Le président de la République Azali Assoumani vient de transférer les missions de la Cour constitutionnelle à la Cour suprême par une « décision présidentielle ». Moribonde depuis qu’il a prêté serment il y a près de 2 ans, la Cour constitutionnelle du pays ne compte que trois juges au lieu des huit requis pour son fonctionnement. Reportage à Moroni.

Les huit juges de la Cour constitutionnelle doivent être choisis par les trois vice-présidents, les trois gouverneurs, le président de l’Assemblée et le chef de l’Etat. Ce dernier s’est employé à bloquer ce processus selon le leader de l’opposition Mohamed Ali Soilihi.

« Les gouverneurs des deux îles Anjouan et Grande Comore ont déjà désigné leurs membres. On a dit qu’ils ne sont pas acceptables. Et ceux qui n’ont pas désigné leurs membres, ce sont les gens les plus proches du chef de l’Etat. Cela a rapport évidemment avec le référendum à venir. Mais pour moi cette décision nous amène dans une situation – et je mesure bien le mot -: c’est un coup d’Etat constitutionnel. », dit-il.

Ce transfert de pouvoir interroge aussi l’ancien président de l’Assemblée nationale, Saïd M’Changama, aujourd’hui représentant de la société civile : « Mais qu’est-ce qui explique que ces gens-là ne puissent pas désigner les conseillers ? C’est des questions toutes simples. Mais est-ce qu’ils sont malades ? Apparemment pas, non. Mais qu’est-ce qui leur fait peur, qui les pousse à ne pas exercer ce droit, ce devoir puisqu’il est constitutionnel ? Quand on sait que le président veut continuer son mandat, j’ai peur. J’ai peur parce que si le président dit qu’il est suffisamment fort tout seul pour faire ça, qu’est-ce qu’il ne peut pas faire ? »

Malgré l’inquiétude que suscite cette décision présidentielle, ni la présidence ni ses sympathisants n’ont souhaité s’exprimer.

(Re) lire : Comores: les assises nationales rendent leurs conclusions

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.