Le Nigeria commémore le rapt des lycéennes de Chibok

Des parents de lycéennes enlevées à Chibok prient pour leur libération, lors d'une cérémonie commémorant le quatrième anniversaire de leur rapt, à Chibok, le 14 avril 2018.
© Audu MARTE / AFP

Il y a quatre ans, 276 lycéennes étaient enlevées par le groupe terroriste Boko Haram à Chibok au nord-est du Nigeria. Ce samedi 14 avril, le pays a commémoré ce triste anniversaire, tandis que 112 lycéennes sont toujours retenues captives par la secte islamiste. À Abuja une cérémonie a eu lieu, au centre Shehu Musa Yar'adua, en hommage aux lycéennes ainsi qu'à leurs familles.

Le 14 avril est une date que les Nigérians n'oublieront pas. Le cœur serré, ils étaient plusieurs centaines samedi dans la capitale à venir se recueillir, consternés par le poids de quatre années d'attente, bien trop longues pour Gapani Yanga, dont les nièces sont toujours captives : « Honnêtement, au tout début, on ne pensait pas que ça durerait plus d'une semaine. Et puis nous avons commencé à compter. Six mois, un an, deux ans, trois ans... Aujourd'hui, cela fait quatre ans exactement. Et ce n'est pas facile. Quatre ans de traumatismes, nos larmes n'ont pas cessé de couler. Nous espérons, même aujourd'hui, que quelque chose pourrait arriver, qu'elles pourraient rentrer ».

De nombreuses autres exactions à déplorer

Les lycéennes de Chibok ne reflètent qu'une partie de la dure réalité, n'a pas manqué de rappeler la présidente de la cérémonie Naja'atu Bala Mohammed : « Entre 2013 et 2018, 1 400 écoles ont été détruites par Boko Haram, 2 000 professeurs ont été tués, 1 000 écoliers ont été kidnappés... Chibok, dont nous entendons beaucoup parler, n'est qu'une fraction ».

Ces commémorations ont ravivé des tensions entre le groupe Bring Back Our Girls et la police. Des affrontements verbaux ont eu lieu entre manifestants et forces de l'ordre, le vendredi.

→ A (Re)lire : Nigeria, la dramatique place des femmes dans le conflit avec Boko Haram

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.