Guinée-Bissau: Aristides Gomes, nouveau Premier ministre

Aristides Gomes ici en 2008.
© AFP PHOTO / GEORGES GOBET

En Guinée Bissau, le président José Mario Vaz a accepté de nommer Aristides Gomes au poste de Premier ministre, dès mardi, suite au sommet extraordinaire des chefs de l’Etat de la Cédéao qui s’est tenu samedi 14 avril à Lomé. Aristides Gomes a réuni le consensus lors de ce sommet et il doit former un gouvernement ouvert à toutes les sensibilités politiques. Sa nomination  sera confirmée par un  décret présidentiel mardi 17 avril. Le nouveau Premier ministre devrait pouvoir bénéficier du soutien du PAIGC, parti au pouvoir et du PRS, principal parti d'opposition.

La cinquantaine bien sonnée, Aristides Gomes avait occupé ce poste de Premier ministre, en 2006, avant de tomber en disgrâce un an plus tard. Il quitte le PAIGC pour former son propre parti, le Parti républicain pour le développement qu’il abandonne quelques mois après.

Puis ce fut une longue traversée du désert qu’il a d’ailleurs mise à profit pour poursuivre les études de sciences politiques en France.

Discret et très compétent, Aristides a mis sa touche dans la plupart des programmes de développement de son pays dont celui présenté aux bailleurs, lors de la table ronde de Bruxelles en mars 2015, intitulé « Terra Ranka » (« Le pays démarre », en créole portugais ).

Bien qu’il y ait eu consensus à Lomé autour de ce choix, Aristides Gomes n’a pas que des amis dans sa famille politique, le PAIGC, aujourd’hui très divisée. Ses détracteurs lui reprochent d’être le chef d’un clan qui se réclame encore de l’ancien président, João Bernardo Vieira, Nino.


Ce compromis est-il de nature à sortir le pays du blocage actuel ? 

C'est la question que RFI a posé à Vincent Foucher, chercheur au CNRS.

Là, quand même, on a l’impression qu’il y a d’une implication internationale assez forte. Il y a une présence d’une force de la Cédéao sur le terrain qui est toujours là. Et puis, par ailleurs, on a une sorte de prochain match. On a des élections législatives qui vont venir, qui vont probablement être assez compétitives, peut-être tendues, et c’est à cela aussi qu’il faudra apporter attention.
Vincent Foucher, chercheur au CNRS
15-04-2018 - Par Carine Frenk

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.