Le Zimbabwe renoue avec le Commonwealth

Emmerson Mnangagwa, ici au Forum économique de Davos, en Suisse, le 24 janvier 2018.
© REUTERS/Denis Balibouse

Le Zimbabwe renoue ses liens avec le Commonwealth, cinq mois après la chute de l’ex-président Robert Mugabe. Le pays participe cette semaine au sommet des pays anciennement colonisés par la Grande-Bretagne, qui a ouvert ses portes mardi 17 avril à Londres. Quinze ans après avoir été suspendu du Commonwealth, le Zimbabwe s’efforce ainsi de renouer avec les institutions internationales.

Le Zimbabwe se rapproche à nouveau du Commonwealth, dont il avait été chassé après le scrutin présidentiel de 2003, marqué par des violences et des accusations de fraudes. Il ne s’agit pas encore d’une réintégration dans l’organisation, mais d’une simple invitation à participer.

Cette présence d’Harare au sommet du Commonwealth dénote une volonté de revenir sur la scène internationale. Alors que dans le passé Robert Mugabe avait régulièrement fustigé l’organisation l’accusant d’imposer les idées occidentales, le nouveau régime ne peut plus se permettre de rester isolé.

Un signal diplomatique

Le nouveau président Emmerson Mnangagwa a d’ailleurs promis d’améliorer les relations internationales et de développer les investissements étrangers au Zimbabwe.

Il faut dire qu’il fait face à une croissance faible, un taux de chômage important et à des attentes élevées de la part de la population.

Difficile de dire si un retour du pays dans le Commonwealth va l’aider. Selon les analystes politiques, il s’agit surtout d’envoyer un message. Faire partie du Commonwealth signale que le Zimbabwe est prêt à adhérer aux règles de l’organisation qui imposent de respecter l’Etat de droit, des élections libres et les droits de l’homme.

→ (Re)lire : Zimbabwe, Robert Mugabe, la fin d'un long règne

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.