Republier
Burkina Faso

Burkina Faso: le groupe jihadiste EIGS revendique le rapt d’un enseignant

Les forces de sécurité burkinabè ont échangé des tirs avec de présumés jihadistes à proximité de la frontière malienne. (Image d'illustration)
© SIA KAMBOU / AFP

Au Burkina Faso, un enseignant a été enlevé jeudi dernier, le 12 avril, dans la commune de Bouro située dans le nord du pays. Mardi 17 avril au soir, le groupe Etat islamique dans le Grand Sahara (EIGC) a contacté nos confrères de l'Agence France presse pour revendiquer le rapt.

C'est un certain « Hammar », porte-parole de l'EIGS qui a contacté l'Agence France presse. « Nous revendiquons l'enlèvement d'un maître d'école qui parlait français aux élèves », a-t-il déclaré, ajoutant que tous ceux qui enseignent dans cette langue « seront combattus ». Jeudi, alors qu'il se trouvait dans la cour de son école, à Bouro, dans la commune de Nassoumbou, Issouf Souabo a été enlevé par une dizaine d'hommes en armes, venus à moto. Durant l'incident, les assaillants ont tué une élève de CM2, blessée par balles.

En plus de cet enlèvement, l'EIGS revendique l'assassinat du maire de la commune de Koutougou, toujours dans le nord du pays. Les jihadistes l'auraient abattu, près de son domicile, parce qu'il « travaillait avec l'armée du Burkina, pour les croisés », a conclu Hammar.

Ce n'est pas la première fois que l'EIGS sévit dans le nord du Burkina Faso. L'EIGS est actif dans ce que l'on appelle la zone des trois frontières, entre le Mali, le Niger et le Burkina Faso. Il faut reconnaître que d'ordinaire, néanmoins, ils revendiquent plutôt des attaques de grandes ampleurs ou des enlèvements d'Occidentaux.

S'en prendre aux représentants de l'Etat comme des maires ou des enseignants ressemble plus au mode opératoire d'un groupe jihadiste burkinabè, Ansarul Islam. L'EIGS cultive d'ailleurs de bons rapports avec Ansarul Islam. Ensemble, ils avaient attaqué l'année dernière un poste militaire dans cette même localité de Nassoumbou, tuant douze soldats.

L'EIGS est aussi dans le collimateur de Barkhane, la force française au Mali, qui a multiplié les opérations contre ses bases, ces trois derniers mois, dans l'espoir de mettre la main sur le chef du mouvement : Adnan Abou Walid Sahraoui. Dans ces heurts, l'EIGS a perdu nombre de combattants. Revenir à des actions locales pourrait être aussi un moyen de recruter sur place.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.