RDC: 4 responsables du football congolais entendus par la justice

Le Congolais Constant Omari.
© AFP PHOTO / FETHI BELAID

En RDC, il est question de fonds publics envolés. De l'argent destiné à l'équipe nationale de football n'est jamais arrivé jusqu'aux Léopards. Des enquêtes ont été lancées au début du mois et ont donc abouti à la garde à vue de quatre responsables, notamment le président de la Fédération congolaise de football, la Fecofa. Ils ont été interpellés mardi 17 avril.

Constant Omari, vice-président, et Barthélemy Okito, secrétaire général aux Sports, sont entendus ce mercredi par le parquet de Kinshasa Matete. Constant Omari a montré un visage fatigué, non seulement par cette affaire, mais aussi par une longue période de convalescence, selon un membre de sa famille qui a fait le déplacement à Kinshasa.

Les quatre dirigeants sportifs ont été interpellés mardi vers 21 heures 30 suite à une action menée par les inspecteurs judiciaires au service de Luzolo Bambi, les conseillers spéciaux du chef de l’Etat en matière de lutte contre la corruption et le blanchiment de capitaux. Ils sont entendus sur les présumés détournements de près d’un million de dollars américains, cette somme a été demandée dans le cadre de l’organisation de quatre matches impliquant l’équipe nationale de la RDC. Au niveau de la Fecofa, on soutient que cette somme n’est jamais arrivée dans les caisses de la fédération.

Pour le moment, on ne sait toujours pas si les quatre prévenus sortiront libres cet après-midi. Entre temps aux abords du parquet, une petite foule constituée des membres du mouvement sportif congolais s’est constituée.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.