Un dignitaire libyen à Abou Dhabi pour évoquer la succession du maréchal Haftar

Khalifa Haftar.
© STR / AFP

Les tractations et les réunions se multiplient en toute discrétion en Libye comme dans certaines capitales impliquées dans la crise, où l'on évoque la succession du maréchal Khalifa Haftar, soigné depuis le 9 avril dans un hôpital militaire en région parisienne. Selon nos sources, Aguila Saleh, chef du Parlement libyen, s'est rendu mercredi 18 avril à Abou Dhabi, et a rencontré jeudi l'émir Mohamed Ben Zayed.

En toute discrétion, le chef du Parlement libyen Aguila Saleh s'est rendu à Abou Dhabi cette semaine alors qu'en Libye, on nie l'information.

La presse libyenne présente Aguila Saleh comme un proche du général Abderrazak al-Nadhouri, chef d'état-major et numéro deux de Khalifa Haftar. Ce dernier a échappé à une tentative d'assassinat mercredi, mais il ne fait pas partie des noms proposés pour succéder au maréchal.

Le choix se limite désormais à trois noms : Khaled Khalifa Haftar, son fils, Awn al-Forjani, son gendre et chef de cabinet, et le général Abdessalam al-Hassi, un homme discret et proche d'Abou Dhabi et du Caire.

Abou Dhabi essaie de convaincre Aguila Saleh d'agir dans son sens

Selon nos informations, dès le 9 avril dernier à Paris, des responsables français ont rencontré les deux derniers dignitaires cités, et ils ont reçu quelques jours plus tard les quatre fils du maréchal Haftar.

La France, avec ses alliés, veut peser sur cette succession. Elle accorde une importance stratégique à ce poste militaire. Quant aux Emirats, ils veulent accroître leur influence après avoir investi des millions dans les forces de Khalifa Haftar. Enfin, l'Egypte craint pour sa sécurité et agit en conséquence.

Mais les tractations ont pris du retard, et Abou Dhabi essaie de convaincre Aguila Saleh d'agir dans son sens, d'où sa présence dans l'émirat.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.