Mali: nouveaux tirs d'obus à Tombouctou

L'entrée du camp de la Minusma et de Barkhane à Tombouctou après l'attaque du 14 avril revendiquée par le GSIM.
© AFP

Une semaine après l'attaque jihadiste contre les camps de la Minusma et de la force française Barkhane à Tombouctou, de nouveaux tirs d'obus ce dimanche ont été tirés en direction de l'aéroport et d'un camp de l'armée malienne. Ces obus n'ont fait aucun dégât.

L’un des quatre obus est tombé à quelques kilomètres du camp militaire malien de Tombouctou. Les autres, loin de l’aéroport, où sont stationnés la force française Barkhane et les casques bleus de l’ONU.

Si ces tirs ont fait plus de peur que de mal, ils interviennent une semaine après la lourde attaque toujours à Tombouctou contre les camps de la mission de l’ONU et de Barkhane. Attaque revendiquée par les jihadistes du Groupe soutien aux musulmans et à l’islam (GSIM), qui avait causé la mort d'un casque bleu. Les tirs d’obus de ce dimanche seraient ainsi une manière pour les assaillants de dire « nous sommes toujours présents sur le terrain ».

Présents sur le terrain, et toujours prêts à en découdre. Les forces alliées (Barkhane, Minusma et armée malienne) prennent la menace au sérieux. « L’ennemi joue à l’invisible, procède à des attaques lâches. Nous ouvrons grandement les yeux », explique une source sécuritaire étrangère.

Sans rentrer dans les détails, la même source explique que le dispositif de sécurité est renforcé, avec un changement de stratégies. L'une de ses stratégies est d’aller chercher de plus en plus sur le terrain les jihadistes, avant qu’ils ne lancent des roquettes et obus. C’est que Barkhane a fait ce week-end dans la région de Tombouctou. Ce qui explique peut-être pourquoi les obus de ce dimanche ont été tirés à la hâte et sans précision.

Des tirs peu précis n'ayant occasionné aucun dégâts ni donc aucune panique à au sein de la population, finalement habituée à ces attaques comme l'explique cet habitant : « Heureusement, ils ne s'attaquent pas aux civils. Ils essaient de viser la base. Que voulez-vous? Les gens sont habitués à ces choses-là, ils les commentent, ils en rient même. »

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.