Au Mali, l'opposition accuse IBK de gaspiller les ressources de l'armée

Le président malien Ibrahim Boubacar Keita, le 13 décembre 2017.
© LUDOVIC MARIN / AFP

Au Mali, le parti d'opposition, Parti pour la renaissance nationale (Parena), accuse le président Ibrahim Boubacar Keïta de gaspiller les ressources de l'armée.

Dans une conférence de presse, le Parena a dénoncé des « micmacs et détournements » dans les achats d'équipements destinés aux militaires maliens. « Plus le président et ses ministres parlent de nouvelles acquisitions de moyens de défense, plus l'insécurité augmente », relève le parti qui s'interroge sur la vraie destination de centaines de milliards votés par l'Assemblée nationale pour mettre l'armée dans les conditions de combattre la menace jihadiste, en référence à la loi quinquennale de programmation militaire adoptée en 2015.

Le Parena s'interroge en particulier sur l'exécution d'un contrat signé en juin 2015 avec une entreprise brésilienne pour la vente de six avions de combat A-29 Super Tucano.

« Cette fois-ci, il s’agit d’aéronefs, d’équipements de l’armée de l’air pour pouvoir combattre les jihadistes. Le gouvernement a annoncé qu’il amenait beaucoup de milliards pour en acquérir six. Le président a reconnu que quatre sont commandés, on n’a rien vu jusqu’à présent. Nos investigations ont montré qu’il y a eu le décaissement du prix des six. Mais le problème n’est pas là. C’est que les quatre, on ne les a pas encore vus. Et entretemps, ceux qui ont été acquis ne volent pas. Donc nous demandons ce qui se passe. Est-ce que l’argent n’a pas été investi dans de la pacotille ? C’est cela notre inquiétude. Ça, c’est le dossier le plus scandaleux.

RFI: Est-ce que vous avez des preuves pour parler de gaspillage des dépenses militaires ?

Oui. Des preuves, ça c’est toujours discutable, c’est vrai. Mais les preuves que nous avons, nous savons qu’il y a eu deux audits et nous savons que présentement, le président de la République détient par-devers lui des rapports accablants sur les dépenses catastrophiques au niveau de l’armée. Mais il n’en a pas fait cas, personne n’a été inquiété, la justice n’a pas été saisie. Et nous savons que les deux rapports existent », estime Djiguiba Keïta, numéro deux du Parena.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.