Mauritanie: des ONG indésirables à la Commission africaine des droits de l’homme

Vue aérienne de la ville de Nouakchott, la capitale de la Mauritanie (image d'illustration).
© GEORGES GOBET / AFP

La Mauritanie abrite depuis mercredi 25 avril, la 62e session de la Commission africaine des droits de l’homme et des peuples. Ouverts par le président mauritanien et la présidente de la Commission, les travaux se déroulent sans la participation de plusieurs ONG mauritaniennes empêchées de prendre part en dépit de leur badge de participants « invités officiels ».

La présidente de la Commission africaine des droits de l’homme et des peuples, la Malienne Soyata Maiga, avait qualifié d’encourageants les efforts de la Mauritanie en matière de promotion des droits humains. Une appréciation un peu hâtive alors que des délégués des ONG mauritaniennes  étaient empêchées d’accéder au centre international des conférences.

« Mon nom a été rayé en rouge… »

Parmi les refoulés, Balla Touré du mouvement IRA (Initiative de résurgence du mouvement abolitionniste): « Je me suis présenté à la porte du Palais des congrès, muni de mon badge que la Commission africaine des droits de l’homme m’a délivrée. A ma grande surprise, les militaires en faction devant la porte, et qui sont chargés de contrôler les accès, m’ont signifiés que bien que mon nom soit sur la liste, il a été rayé en rouge et que je n’avais plus le droit d’accès. »

Face à ce tollé, le commissaire adjoint mauritanien aux droits de l’homme, Rassoul el Khall a tenu à faire la mise au point. « A ma connaissance, seules trois personnes n’ont pas eu accès au lieu de la session. Les deux premières parce qu’elles appartiennent à des organisations non reconnues par l’Etat. Et la troisième personne, parce qu’elle n’est pas affiliée à une organisation de la société civile. »

Minetou Moctar Ely, la présidente de l'Association de défense des droits de femmes chefs de famille, autre personnalité de la société civile, a elle aussi été empêchée d’assister aux travaux. Quant au mouvement IRA, il n'entend pas en rester là.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.