Madagascar: des députés d'opposition investissent les locaux des médias publics

Seize députés ont investi les locaux de la Radio et Télévision nationale malgache.
© Laetitia Bezain/RFI

Depuis ce matin et jusqu'en milieu d'après-midi ce samedi 28 avril, environ 2 000 manifestants ont occupé le parvis de l'Hôtel de Ville à l'appel des députés de l'opposition. A quelques mois de l'élection présidentielle, l'opposition dénonce l'adoption des nouvelles lois électorales qu'ils accusent de favoriser le pouvoir. En début d'après-midi, une partie des députés ont investi les locaux de la Radio et Télévision nationale malgache. Mais la manifestation s'est déroulée dans le calme.

Au 8e jour de la contestation sur la place du 13 Mai, le mouvement s'est voulu rassembleur. Militants et sympathisants des partis politiques de l'opposition venus de plusieurs régions de Madagascar, syndicats, militaires à la retraite, mais aussi simples citoyens se sont réunis pour demander à nouveau le départ du président Hery Rajaonarimampianina et de son gouvernement.

« Rajao va-t'en » ou encore « Nous n'avons pas besoin de la communauté internationale » pouvait-on lire sur les banderoles des manifestants. La manifestation s'est déroulée dans une ambiance plutôt festive. Plusieurs artistes malgaches sont venus chanter sur l'estrade installée sur le parvis de l'Hôtel de Ville. Des concerts entrecoupés de discours des députés de l'opposition.

Les députés ont décidé vers 15h d'investir les locaux de la Radio et de la Télévision nationale malgache. Seize d'entre eux s'y sont rendus pour exiger du directeur général de la chaine une prise d'antenne en direct sur-le-champ, car, selon eux, les médias publics « cachent ce qui se passe réellement sur la place du 13 Mai. »

« Nous voulons le même temps de parole que les députés du parti au pouvoir », ont-ils martelé, brandissant la menace de faire venir les manifestants dans les locaux. « On n'accepte plus que la TVM et la RNM ne diffusent que les informations du HVM, déclare Michel Jean-François, député du TIM (« Tiako I Madagasikara », « J'aime Madagascar ») le parti de l'ancien président Marc Ravalomanana. Il faut que l'opposition ait un temps d'antenne, surtout nous les 73 députés qui sommes du côté du peuple. À partir d'aujourd'hui, on n'acceptera plus cette situation ».

Si le directeur général de la chaîne n'accède pas à leurs requêtes, ces derniers feront venir les manifestants dans les locaux, ont-ils prévenu. « S'il vous plaît, ne faites pas venir la foule ici, a demandé Johary Ravoajanhary, directeur général de la TVM et de la RNM. Les employés sont encore traumatisés de ce qui est arrivé par le passé. Je vous en prie, ne faites pas venir la foule ici. Ne faites venir que des représentants du Parlement ».

Lors de la crise de 2009, le siège de la TVM et de la RNM avait été saccagé par les manifestants. Après une heure de discussion, le directeur général leur a promis de relayer les informations concernant leur mobilisation.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.