Le Nigérian Muhammadu Buhari en visite aux Etats-Unis

Muhammadu Buhari, le 19 septembre 2017 aux Nations unies à New York.
© REUTERS/Shannon Stapleton/File Photo

Après le président français Emmanuel Macron, puis la chancelière allemande Angela Merkel, c'est un chef d'Etat africain, le Nigérian Muhammadu Buhari, qui se rend ce lundi en visite à Washington. C'est la première visite officielle d'un dirigeant africain depuis l'arrivée de Donald Trump à la Maison Blanche. Une rencontre centrée sur les aspects sécuritaires et économiques, mais qui n'en reste pas moins très symbolique.

L'invitation remonte à janvier 2017. Donald Trump venait de prendre ses fonctions et avait passé un coup de fil à son homologue nigérian, Muhammadu Buhari. Quinze mois plus tard, et comme pour faire oublier le passage éclair sur le sol nigérian mi-mars de Rex Tillerson, l'ancien secrétaire d'Etat américain, les deux hommes se rencontrent enfin.

Fidèle à son habitude, la présidence nigériane est restée très discrète sur cette visite officielle. Elle n'a publié aucun agenda. Selon la Maison Blanche, les discussions porteront sur la lutte contre le terrorisme, l'insécurité et bien sûr l'économie.

Le président nigérian d’ailleurs est entouré de plusieurs personnalités, dont l'homme d'affaires Aliko Dangote. Le président nigérian doit notamment rencontrer des fournisseurs pour l'industrie agricole, ou encore des responsables du constructeur Boeing.

A la mi-journée ce lundi, les deux présidents doivent tenir un déjeuner de travail. Un moment privilégié pour aborder leur coopération militaire. Jusque-là, les Etats-Unis assurent la formation de policiers et de soldats nigérians. « Washington ne finance pas directement le secteur militaire », précise une source au Département d'Etat.

Récemment, l'administration Trump a autorisé la vente de 12 Super Tucano, des avions de surveillance et d'attaque. Coût de l'opération: 408 millions d'euros. Abuja compte beaucoup sur ce matériel pour améliorer la lutte contre Boko Haram. Mais Washington conditionne la vente d'armes à « la possibilité d'effectuer des visites impromptues pour vérifier la traçabilité de ses armes », précise un diplomate américain.

Un déplacement qui tombe à point nommé pour Muhammadu Buhari.
A moins d'un an de l'élection présidentielle, cette visite est un atout dans sa campagne de ré-élection.

En invitant son homologue nigérian, Donald Trump confirme surtout que les Etats-Unis continuent à voir le Nigeria comme le partenaire le plus important du continent africain.

La coopération entre les deux pays a d'ailleurs augmenté sous l'administration Trump. Washington a récemment conclu un accord d'environ 408 millions d'euros pour la vente d'une douzaine de Super Tucano, un avion de surveillance et d'attaque.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.