Madagascar: un défilé du 1er-Mai sur fond de tensions politiques

« Les Malgaches ont besoin de travail », peut-on lire sur cette pancarte lors de la manifestation du 1er-Mai à Antananarivo.
© RIJASOLO / AFP

Les travailleurs et les syndicats ont défilé dans les rues de la capitale, Antananarivo. Ils ont ensuite rejoint la place du 13-Mai, lieu de contestation de l'opposition depuis plus d'une semaine. Environ 1000 personnes étaient rassemblées. Les députés de l'opposition qui demandent la démission du chef de l'Etat ont assisté en spectateurs aux discours des syndicalistes.

Si depuis dix jours ce sont les députés qui prennent la parole sur la scène installée place du 13-Mai, hier, ce sont les syndicalistes qui l'ont occupée. Certains voient une convergence des combats entre syndicats de travailleurs et opposition. C'est le cas de Marie, vendeuse de vêtements sur le marché.

« Nous en avons vraiment marre de la présidence de Rajaonarimampianina ! Qu'il dégage ! Nous les marchands, nous avons besoin de changement. Nous sommes venues ici parce qu'on n'arrive plus à vendre. Les gens n'ont pas d'argent. Quand est au travail, on prend juste un bain de soleil ! Personne n'achète ! C'est lui qui est à l'origine de la pauvreté ! »

Bruno, laborantin dans une cartonnerie gagne 200 000 ariary par mois, soit 50 euros. « On veut un grand changement, c'est pour cela qu'on est ici. La vie est très très dure, le carburant, le prix du riz, le transport. Avec les salaires qu'on gagne, c'est très difficile », se désole-t-il.

A la veille de la fête du Travail, le chef de l'Etat a pris de court les syndicats en annonçant une hausse de 8% des salaires des fonctionnaires.

Invité matin: Pdt H. Rajaonarimampianina : «Démissionner, ce serait trahir le peuple malgache»

« Nous estimons que cette hausse n'est pas suffisante par rapport aux inflations qui existent actuellement. Je ne sais pas si cela a été une annonce précipitée pour éviter que nous déclarions une grève générale aujourd'hui. Pour l'instant, il n'y a pas de mélange, mais quand il faudra mobiliser les travailleurs pour soutenir l'action des députés, nous serons là », assure Fanirisoa Ernaivo, présidente de la Solidarité syndicale de Madagascar

Hier, les 73 députés de l'opposition ont boycotté la cérémonie d'ouverture de la session ordinaire à l'Assemblée nationale pour soutenir les travailleurs expliquent-ils.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.