Génocide rwandais: deux maires tentent d'échapper à la perpétuité

Dans un couloir de la Cour d'assises de Paris.
© REUTERS/Gonzalo Fuentes

Deux anciens maires rwandais sont de retour devant la justice française depuis mercredi 2 mai pour leur procès en appel. Octavien Ngenzi et Tito Bara-Hira ont été condamnés à la prison à vie en première instance pour leur participation au génocide des tutsis en 1994. Les deux hommes clament leur innocence. L'enjeu de ce nouveau procès pour eux est donc d'échapper à la perpétuité.

Octavien Ngenzi et Tito Bara-Hira encourent la perpétuité, leur inquiétude est donc palpable, et à l'audience, la peur est même bien présente. Pour ce procès, ils ont changé d'avocat. Mais pour cette nouvelle défense, la tâche est immense.

D'abord, les jurés méconaissent le génocide rwandais. Ensuite, les avocats des deux bourgmestres craignent de ne pouvoir combattre à armes égales. « Le nombre de témoins que l'on peut faire entendre est très limité ; on ne peut pas se déplacer sur place, il n'y a que le juge d'instruction, le parquet et certaines parties civiles qui ont pu y aller ; il y a des moyens qui sont totalement inadaptés. Vous avez toute une pléidade de parties civiles et un parquet qui a des assistants spécialisés. Face à cela, vous avez une défense quasi-démunie », plaide Alexandra Bourgeot, conseil de Tito Bara-Hira.

Reste pour la défense à tenter d'instiller le doute sur les témoignages qui accablent les deux accusés ; de l'autre côté de la barre, on s'y prépare. « L'audience sera forcément perturbée mais ce sera un procédé habituel, classique. Pendant tout le procès, nous aurons des témoignages qui seront évidemment contestés par la défense », prévoit Michel Laval, avocat du Collectif des parties civiles pour le Rwanda.

Tous les témoignages qui ont été apportés en première instance nous paraissent probants
Alain Gauthier, président du Collectif: «il n'y a qu'un seul enjeu: la confirmation du verdict de première instance»
03-05-2018 - Par Franck Alexandre

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.