Venezuela: Caracas prend temporairement le contrôle de la principale banque privée

Le siège de la banque Banesco, à Caracas, le 2 mai 2018.
© REUTERS/Marco Bello

Au Venezuela, le gouvernement vénézuélien a annoncé, ce jeudi 3 mai au soir, la prise de contrôle temporaire de Banesco, la principale banque privée du pays, pendant 90 jours, en raison « d’irrégularités détectées » et pour « dépouiller la banque de toute activité illicite ». La banque faisait déjà l’objet d’une enquête administrative ouverte en avril, accusée par le pouvoir d’avoir « facilité des virements bancaires sans aucun type de contrôle ». L’opposition crie à la « persécution  ».

Avec notre correspondant à Caracas, Julien Gonzalez

Après la purge menée ces derniers mois au sein de l'entreprise nationale pétrolière Petróleos de Venezuela, S.A (PDVSA), il semblerait que ce soit désormais au tour de la banque Banesco d'être dans le collimateur de la justice vénézuélienne. Une mesure qui a été prise quelques heures seulement après que la justice vénézuélienne a ordonné l'arrestation de onze membres de la direction de la banque.

En prenant le contrôle de Banesco pendant 90 jours, le gouvernement de Nicolas Maduro a décidé d'augmenter la pression sur la plus grande banque privée du pays. Officiellement, les autorités justifient cette décision suite aux mandats d'arrêt lancés plus tôt dans la journée contre le président exécutif et quatre vice-présidents de la banque, notamment, remplacés au passage par l'actuelle vice-ministre des Finances.

Mais s'agit-il d'un premier pas vers une nationalisation de cette banque ? L'homme fort du parti chaviste au pouvoir, Diosdado Cabello, avait fait savoir au début de l'année que le gouvernement souhaitait racheter Banesco et ses 30 000 milliards de bolivars en actifs pour en faire une banque publique.

Ou bien s'agit-il d'une stratégie électorale de Nicolas Maduro à moins de trois semaines de la présidentielle pour intervenir dans la sphère bancaire et financière face à une hyperinflation qui pourrait avoisiner les 13 000% cette année, selon le FMI ?

Les autorités assurent en tout cas que cette opération vise à « assainir le système financier ». L'opposition, majoritaire à l'Assemblée nationale, dénonce au contraire une « persécution » de la banque Banesco qui revendique 6 millions de clients au Venezuela.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.