La grève des commerçants a été très suivie à Bamako

Des commerçants ont fait grève pendant 48h, à Bamako (photo d'illustration).
© Getty Images/Peter Langer

La grève « de revendications » des commerçants dans la capitale malienne a pris fin vendredi 4 mai. Le mouvement de grève, décrété par plusieurs syndicats de commerçants, est parvenu à paralyser l'activité économique.

Centre commercial fermé, les trois principaux marchés de Bamako quasiment déserts, la grève de 48 heures des commerçants maliens a été une réussite. Le mouvement a même eu des répercussions sur le transport public et chez des banquiers installés au cœur de l’activité économique de Bamako, comme l’explique cet employé de banque : « ça se sent économiquement, à la banque ça se sent sur les versements, sur les dépôts ».

Parmi les revendications des grévistes, il y a les droits de douane sur des produits qu’ils importent. Mamadou Coulibaly, membre du comité de crise des commerçants grévistes, explique qu’ils sont aujourd’hui à « 65 % de dédouanement ». C’est-à-dire que lorsqu’ils importent des produits depuis l’extérieur du Mali, « sur 100 francs, il faut payer 65 francs de taxe » à la douane, avant même de pouvoir vendre aux consommateurs. Ils estiment ne pas pouvoir « supporter cela ».

Les grévistes réclament également la réduction des impôts, la reconstruction rapide d’un marché qui a récemment pris feu et la fin de la concurrence – qualifiée de déloyale – des hommes d’affaires chinois et indiens installés au Mali.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.