Burkina Faso: un déficit céréalier menace de famine des milliers de familles

« Si j'avais l'argent, j'investirais dans la production agricole mécanisée », explique Zoundi Y. Dramane, grossiste en céréales au marché de Sakayaaré de Ouagadougou.
© FAO/Alessandra Benedetti

Au Burkina Faso, ce sont désormais plus de 2,5 millions de personnes qui sont menacées de famine, suite à la mauvaise campagne agricole. La mauvaise pluviométrie et l'action des ravageurs sur les cultures ont entraîné un déficit céréalier qui se chiffre à 477 000 tonnes, soit 11 % en baisse par rapport à la campagne écoulée. Pour venir en aide aux personnes vulnérables, le gouvernement a mis en place un plan de réponse qui se chiffre à plusieurs milliards de francs CFA.

Vingt-deux provinces sur les quarante-cinq que compte le pays sont en situation de déficit céréalier. En conséquence, ce sont des milliers de familles qui se retrouvent dans les « situations alimentaires limite », selon Jacob Ouédraogo, ministre burkinabè de l'Agriculture. Si rien n'est fait, plus de 2 millions de personnes seront ainsi dans une situation de famine.

« Le déficit céréalier se chiffre désormais à 470 000 tonnes. En outre, de mars à mai 2018, 2 millions 462 000 personnes sont dans une situation alimentaire limite. 2 millions 671 000 personnes seront dans la même situation entre juin et août », a précisé le ministre de l’Agriculture.

Vu l'urgence de la situation, le gouvernement a révisé son plan de réponse et de soutien aux personnes vulnérables à l'insécurité alimentaire et à la malnutrition. Plus de 80 milliards de francs CFA sont mobilisés, avec l'aide des partenaires, afin d'aider les ménages vulnérables et faciliter l'accès des producteurs aux intrants et équipements agricoles pour accroître la production agricole de la saison sèche.

« L’assistance alimentaire va aussi porter sur la distribution gratuite de 3 245 tonnes de vivres à 90 058 personnes vulnérables. Ce plan prend en compte des mesures de soutien à la production animale », a annoncé Jacob Ouédraogo.

La vente à prix social et à prix subventionné de céréales aux ménages et aux personnes vulnérables ainsi que la prise en charge des enfants de moins de 5 ans malnutris ont déjà commencé dans les plusieurs communes.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.