Le leader syndicaliste guinéen Aboubacar Sidiki Mara en garde à vue

Aboubacar Sidiki Mara a été interpellé dans la ville minière de Boké.
© RFI/Coralie Pierret

Le secrétaire général de l'Union générale des travailleurs de Guinée (UGTG) doit être présenté au procureur du tribunal de première instance de Dixinn, à Conakry, mardi 8 mai 2018. Aboubacar Sidiki Mara a été arrêté ce dimanche, à 3h du matin, dans la ville minière de Boké, où il se trouvait pour une mission d'observation des conditions de travail. La nouvelle a provoqué la colère des travailleurs du secteur minier de Boké, qui ont une nouvelle fois manifesté dans les rues de la ville ce lundi.

« Libérez Mara », « Sans Mara, pas de travail » peut-on lire sur les pancartes. Plusieurs centaines de travailleurs du secteur minier manifestent à Boké depuis dimanche 6 mai pour réclamer la libération du secrétaire général de l'UGTG.

Aboubacar Sidiki Mara se trouve dans les locaux du peloton mobile numéro 3, à Conakry. Devant les grilles, une vingtaine de militants ont attendu, en vain, de le voir sortir. Avec eux, son épouse, inquiète pour sa santé, car le syndicaliste souffrirait de problèmes cardiaques.

Sa garde à vue lui a été notifiée, mais les gendarmes refusent de le transférer, à cause de l'attroupement. Quant aux avocats de Mara, ils ont décidé de ne pas s'exprimer avant que leur client comparaisse devant le procureur.

« Arrêter un syndicaliste venu mettre la pagaille »

En attendant, on ne sait toujours pas ce qui est reproché au leader syndical. Le préfet de Boké évoque de possibles troubles à l'ordre public et le gouverneur de la région minière se refuse à tout commentaire.

Quelques heures avant l'arrestation, le président de la République Alpha Condé annonçait avoir donné « l'ordre au gouverneur de Boké d'arrêter un syndicaliste venu mettre la pagaille dans la région minière ».

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.