RDC: l’activiste Rossy Mukendi, tué le 25 février, va pouvoir être enterré

La famille de Rossy Mukendi aux abords de l'avenue de l'Hôtel de ville de Kinshasa après avoir été à la morgue, le 7 avril 2018.
© RFI/Patient Ligodi

En République démocratique du Congo, le corps de Rossy Moukendi Tshimanga va pouvoir être rendu à sa famille. Cet activiste est mort le 25 février dernier en marge d'une manifestation organisée par les laïcs catholiques à Kinshasa. Pendant plus de deux mois, le corps est resté à la morgue. Ses parents vont pouvoir enfin le récupérer après une décision de la justice militaire.

D’entrée de jeu, Me Richard Bondo Tshimbombo, coordonnateur du collectif des avocats de la défense de la famille de Rossy Mukendi, invite à une minute de silence : « En sa mémoire et en celle de toutes les victimes tombées sous les balles de nos propres forces de sécurité ».

Ensuite, il annonce l’organisation des obsèques de Rossy Mukendi Tshimanga : « Au bout de démarches harassantes et même périlleuses, la famille de Rossy a obtenu que le deuil soit organisé et les obsèques tenues du 17 au 18 mai 2018 ».

A l’horizon, pointe un procès : celui de l’assassinat de Rossy. Ce procès se tiendra au tribunal militaire de garnison de Matete, explique Me Richard Bondo. Selon le collectif des avocats de la défense, tous les membres de la famille de Rossy Mukendi Tshimanga peuvent se constituer partie civile au procès.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.