Afrique du Sud: mort du photographe Sam Nzima

Chez lui, à Lillydale, Sam Nzima contemple la photo de l'écolier agonisant de Soweto qui l'a rendu célèbre.
© AFP/Gianluigi Guercia

Sam Nzima, le photographe sud-africain est décédé à l’âge de 83 ans. Son nom restera associé à la photo du jeune écolier noir, Hector Pietersen, mort dans le soulèvement de Soweto, en 1976, et qui montrera au monde entier la brutalité du régime de l’apartheid.

La photo de Sam Nzima restera l’emblème du soulèvement de Soweto. L’image en noir et blanc montre un jeune homme en larmes portant le corps d’un adolescent et une jeune fille en uniforme d’écolière courant auprès d’eux.

L’image est prise le 16 juin 1976, dans le bidonville de Soweto, après que les forces de sécurité aient ouvert le feu sur de jeunes noirs manifestant. Ces manifestations qui ont constitué un tournant dans la lutte anti-apartheid ont duré trois jours et plus de 170 personnes y ont trouvé la mort.

Selon le Time Magazine le cliché de Sam Nzima figure parmi les 100 photos publiées qui ont le plus marqué l’opinion publique. Une image qui, aujourd’hui, est plus célèbre que son auteur. En effet, le nom de Sam Nzima est peu connu et pour cause. Après avoir pris ce cliché, il est placé en maison d’arrêt pendant dix-neuf mois puis poursuivi et harcelé par les autorités sud-africaines qui lui reprochent d’avoir donné une mauvaise image de l’Afrique du Sud.

Interdit d’exercer son métier de photoreporter, il finit, de guerre lasse, par ouvrir une épicerie dans son village natal dans la région du Transvaal pour subvenir aux besoins de sa famille.

Il s’est éteint, samedi 12 mai, à l’âge de 83 ans, à l'hôpital, dans la province de Mpumalanga. Le président Cyril Ramaphosa lui a rendu hommage déclarant que « son appareil photo a capté toute la brutalité de l’oppression de l’apartheid sur le psychisme et l’histoire d’une nation ».

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.