[Reportage] A Cocody, le quartier vit dans la crainte de nouvelles inondations

Une vue du quartier résidentiel de Cocody à Abidjan, en Côte d'Ivoire.
© AFP/SIA KAMBOU

En Côte d'Ivoire, les pluies diluviennes qui se sont abattues jeudi et vendredi dernier sur Abidjan ont fait au moins deux morts et causé de nombreux dégâts matériels. En 2017, les intempéries ont coûté la vie à au moins 15 personnes et fait de nombreux blessés. Alors que la grande saison des pluies commence à peine, et que selon les autorités, les précipitations s'annoncent plus fortes que l'année dernière, les habitants des quartiers d'Abidjan les plus vulnérables sont inquiets. Reportage dans la commune de Cocody dans la rue Ministre régulièrement touchée par des inondations.

Assis devant une station de lavage de la rue Ministre située dans le quartier de la Palmeraie à Cocody, Marc, un habitant montre de la main sa maison. Les pluies diluviennes qui se sont abattues en fin de semaine dernière sur Abidjan, ont ravivé des souvenirs douloureux.

« C’était la catastrophe, tout était inondé, ça rentre jusque dans notre maison, ça mouille tout, ça emporte tout, explique-t-il. Il y a une année, ça avait emporté des voitures et même un monsieur. Chaque fois, c’est le même problème et on est très inquiets ».

Dans cette rue non bitumée, les caniveaux pourtant très larges à certains endroits ne suffisent pas à retenir l'eau de pluie, qui ruisselle depuis d'autres quartiers situés en amont. Dans le lotissement d'Adia, une mère de famille, les habitants ont calfeutré leurs maisons avec des plaques de fer. « Cette barrière-là, quand on la dépose, l’eau rentre quand même, mais c’est un peu maîtrisé. Je tiens le coup, mais à un moment tu ne peux plus. Quand il fait nuit dès que j’entends la pluie qui tombe un peu, je sursaute du lit », raconte la jeune femme.

Les autorités blâment les constructions anarchiques qui, un peu partout dans Abidjan bloquent la voirie ou les bassins d'orage, qui recueillent l'eau de pluie. La municipalité de Cocody assure avoir déjà procédé à plusieurs démolitions ces derniers mois.

De nombreux autres quartiers sont aussi très vulnérables souvent pour les mêmes raisons. Ces derniers jours, dans les médias, les autorités multiplient les appels à la prudence pour les populations installées dans des zones inondables. Des postes de commandement de crise ont été mis en place, pour notamment coordonner les opérations de secours.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.